Brandao mérite-t-il un mois de prison ?

Brandao, lors d'un entraînement lorsqu'il jouait avec l'Olympique de Marseille

Numéro 1

S’informer

Qui est Brandão et pourquoi est-il jugé ?
Evaeverson Lemos da Silva, dit Brandão, est un joueur de football brésilien naturalisé Français. Depuis le début de la saison 2014, il évolue au SC Bastia, après avoir joué pour Saint-Etienne et Marseille.

Le 16 août 2014, après le match PSG-Bastia (2-0 pour le PSG), Brandão attend le parisien Thiago Motta dans le vestiaire et lui assène un violent coup de tête. Selon le médecin du PSG, Eric Rolland, le joueur a le nez fracturé à 90 %. Il ne porte pas plainte.

Les images de cette scène, filmées par une caméra de sécurité, ont été diffusées sur Internet. La vidéo ci-dessous montre ces images.

A quoi a-t-il été condamné ?

Le 19 août 2014, une enquête est ouverte par le parquet de Paris pour « violence volontaire aggravée par la préméditation ».

Le 19 septembre, la Ligue de Football Professionnel juge l’affaire et suspend Brandão pour 6 mois, sanction qui sera confirmée en appel le 20 novembre. A titre de comparaison, il s’agit de la deuxième sanction la plus lourde prononcée contre un joueur évoluant dans le championnat français.

Dernier développement en date, le 27 novembre, le tribunal correctionnel de Paris condamne Brandão à un mois de prison ferme et 20 000 euros d’amende, dépassant ainsi les réquisitions du parquet. La peine devrait vraisemblablement être aménagée, pour éviter un séjour en prison.

Numéro 2

Se positionner

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Quelle est votre opinion avant de lire l'article ?
LE « POUR »

Brandao mérite bien un mois de prison

Billet rédigé par :

Adrien C.

juriste

Sortons un peu du contexte footballistique, et prenons un peu de recul sur la situation. Que s’est-il passé le 16 août dernier ?

Un individu a attendu un autre homme, et l’a agressé, apparemment sans raison (des insultes proférées auparavant n’ont jamais constitué une raison valable d’agression). Un acte de violence froidement exécuté.

Le fait qu’il l’attende, au détour des vestiaires et l’agresse en lui mettant un coup de tête sans aucune parole préalable caractérise une préméditation.

Ce coup a résulté en une fracture du nez chez la victime, ce qui constitue une blessure. Ces actes sont naturellement condamnables.

Le fait qu’il s’agisse d’un footballeur connu n’excuse rien, bien au contraire. Les mêmes actes auraient été commis par un jeune des banlieues sur une personne âgée, tout le monde se serait indigné si le tribunal avait fait preuve de d’avantage de clémence.

De plus, Brandao n’ira jamais en prison, et 20 000 euros ne représentent absolument rien pour un joueur qui gagne 2 millions d’euros par an.

Pire ! Les réactions indignées du monde du football sont révélatrices du niveau de violence jugé acceptable (et accepté) dans ce milieu. “Un coup de tête après tout, ce n’est qu’un petit écart ! Il s’est excusé !”. Quand on sait que les joueurs professionnels sont pris en exemples, imités, mimés, idolâtrés par des dizaines de milliers de jeunes… Quel exemple leur donne-t-on ? Il y a fort à parier qu’ils reproduiront plus tard ce genre de gestes, en n’ayant même pas conscience qu’ils viennent de se rendre coupables d’un acte contraire à la loi.

En condamnant Brandao à un mois de prison ferme, le tribunal de Paris a frappé les esprits, de manière amplement justifiée ; il est indispensable de rappeler qu’il n’est pas acceptable d’utiliser la violence, même et surtout dans le monde du football.

LE « CONTRE »

Une sanction inadaptée

Billet rédigé par :

Jacques J.



Sans conteste, la sanction se devait d’être exemplaire, tant il est vrai que le geste de Brandao était choquant et condamnable. Déjà suspendu pendant 6 mois par la FFF, il est légitime que la justice civile intervienne également pour souligner la gravité d’un tel geste et rappeler que les joueurs de foot professionnels sont des justiciables comme les autres. Mais la sanction choisie par les juges, 1 mois de prison ferme, est clairement inadaptée et ce pour deux raisons.

Premièrement car elle manque cruellement de pédagogie. En effet, sitôt la sanction annoncée, le président du tribunal a confirmé qu’un aménagement de peine était envisageable. La sanction se muera très certainement en jour-amendes que le joueur n’aura aucun mal à payer. Quel message pourrons-nous alors retenir après cette affaire ? Que la violence et les abus sont possibles, tant qu’on en a les moyens ? N’aurait-il pas été préférable de contraindre directement Brandao à consacrer une partie non négligeable de son temps à promouvoir le respect et la tolérance dans le sport ? Cela aurait servi une cause noble qui en a bien besoin. Et quelques centaines de jours passés à écumer les clubs amateurs des petites villes de province pour parler de respect me semblent une condamnation autrement plus sévère pour un joueur pro habitué aux paillettes….

Ensuite car elle est disproportionnée. Bien plus lourde que pour un simple quidam, la sanction a surtout pour vocation d’assurer un coup médiatique. Les juges ont ainsi clairement décidé de se « payer » le football professionnel afin de tenter de régler les problèmes récurrents de violence dans le sport professionnel par la manière forte (la boucle étant ainsi bouclée).

On pourra aussi s’étonner de l’écart de traitement avec d’autres affaires moins médiatisées. A titre de comparaison, Gabriel Cichero qui évoluait à Lens avait été condamné à cinq mois de prison avec sursis en 2011 pour avoir agressé un dirigeant du club de Bastia dans les couloirs du stade de Furiani. Il avait assené un coup de pied au visage du dirigeant Bastiais qui avait eu 3 fractures et un déplacement de la mâchoire. Mais dans cette affaire, les protagonistes étaient beaucoup moins connus…

Quelle est votre opinion maintenant ?


S’engager


3 Commentaires

image userAjoutez un argument POUR Argument POURPOUR
Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
  • Bonjour, j'étais avant tout pour une sanction sportive. Après, si la prison peut paraître un peu disproportionnée, je pense que des jour-amendes ne constituent pas une "contrainte" suffisamment importante. Je m'interroge aussi de 'impact que peut avoir une action pédagogique anti-violence auprès de jeunes de la part d'un joueur coupable d'un tel acte/comportement... Quelle légitimité ?Peut-être qu'une sanction générale (financière & emp...Lire la suite

  • «Ensuite car elle est disproportionnée.» : lorsque notre image a valeur d’exemple, comme un professeur, un acteur, ou un joueur de foot, nos actions sont regardées. On a donc une responsabilité plus grande du fait du rôle d’exemple qu’on incarne. La vie est injuste, on ne peut pas choisir la paie sans la responsabilité…

  • Ajoutez un argument CONTRE Argument CONTRECONTREimage user
    Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !