Faut-il généraliser le tiers payant pour les médecins généralistes ?

Médecine généraliste

Numéro 1

S’informer

Quelle est la situation aujourd'hui en France ?

Aujourd’hui, le tiers payant est déjà appliqué en France dans certains cas définis par la loi : la Couverture maladie universelle (CMU) pour les personnes les plus défavorisées, l’Aide médicale d’Etat (AME) pour les personnes en situation irrégulière, les victimes d’accidents du travail, les mineurs de plus de 15 ans qui consultent pour leur contraception, etc.

Selon une étude publiée en 2012 par la CNAMTS (Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés), le tiers payant concerne environ 1/3 des actes pratiqués par des médecins libéraux en France.

Que prévoit le projet de loi Marisol Touraine à ce sujet ?

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale, dite loi Marisol Touraine (texte disponible ici) prévoit de généraliser le tiers payant pour toutes les consultations chez les médecins généralistes libéraux.

Elle s’appuie pour cela sur deux études qui indiquent que 25 % des français ont déjà renoncé à des soins pour une question de coûts (selon un sondage OpinionWay de 2014), et que 2/3 des français y seraient favorables.

Le texte de loi devrait être étudié début mars par l’Assemblée nationale.

Que lui reprochent certains médecins ?

Selon un sondage OpinionWay de 2014, 95 % des médecins généralistes y seraient opposés. Ils lui reprochent principalement une lourdeur administrative et de trop nombreux impayés.

Plusieurs fédérations de médecins ont appelé à la grève fin 2014, cependant les chiffres sur la participation sont difficiles à obtenir. Ils ont reconduit cet appel en préconisant également de faire la grève de la carte vitale, en forçant donc les patients à envoyer une feuille de frais papier à la sécurité sociale, surchargeant ainsi ses services.

Numéro 2

Se positionner

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Quelle est votre opinion avant de lire l'article ?
LE « POUR »

Enfin une mesure vraiment sociale

Billet rédigé par :

Julien

Attaché parlementaire socialiste

Cette mesure constitue une des premières réformes réellement sociales du gouvernement Valls. Elle en revêt tous les aspects : elle favorise l’accès au soin pour les plus démunis et préserve le pouvoir d’achat des français qui en ont bien besoin en cette époque de récession.

 

L’accès au soin en France est souvent plébiscité. En effet, il est favorisé par un système de santé qui prend en charge une grande partie des dépenses des patients. Pourtant, peu d’entre vous le savent mais plus d’un français sur quatre renonce aujourd’hui à se faire soigner car il ne peut pas avancer l’argent nécessaire, faute de moyens. Et il ne s’agit pas des plus précaires, qui eux bénéficient de la CMU, mais bien de cette classe moyenne délaissée depuis longtemps par les pouvoirs publics. Il est donc devenu urgent de mettre en place le tiers payant généralisé afin que ces personnes ne renoncent plus à se faire soigner.

 

Les opposants à la réforme mettent en avant les difficultés financières auxquelles seront confrontés les médecins. Ils redoutent les erreurs comptables et les retards de paiement. Les délais de remboursement des organismes sociaux et des mutuelles pouvant être longs, les médecins seraient confrontés à des problèmes de trésorerie. Je ne le nie pas, cela est probable. Toutefois, d’après une étude statistique réalisée par l’Union nationale des associations agréées (UNASA) réalisée en 2012, les médecins généralistes gagnent en moyenne 6 664€ net par mois. Compte-tenu des responsabilités prises par ces derniers, ce chiffre ne me parait pas scandaleux. Néanmoins, il me semble qu’ils peuvent faire face à ces difficultés si cela permet d’améliorer la qualité de vie de nombreux français aux revenus modestes.

 

Rappelons aussi que cette mesure existe déjà depuis de nombreuses années dans les pharmacies, les laboratoires et les cliniques sans que cela ne leur porte fondamentalement préjudice.

Autre point important : cette mesure permettra de désengorger les hopitaux publics où le tiers payant est déjà mis en œuvre. En effet, près de 36 % des patients se rendent dans les hôpitaux pour bénéficier de l’accès aux soins sans avance de frais, ce qui perturbe fortement les services d’urgence. Cette mesure permettra donc de réorienter de nombreux patients vers les médecins généralistes, capables de gérer la plupart des cas traités aujourd’hui aux urgences.

LE « CONTRE »

Lourdeur et risques de conflits d'intérêts

Billet rédigé par :

Stéphanie Bourquardez

Médecin généraliste en région Rhônes-Alpes

Personnellement, je trouve que la grève embête surtout les gens qui n’y sont pour rien, et retourne l’opinion publique contre les grévistes. Donc je ne suis vraiment pas pour.

Quant au Tiers Payant Généralisé (TPG), au début, je me suis dit : « Chouette alors ! Plus d’histoire d’argent entre mon patient et moi, pas de comptabilité en fin de journée et même moins d’actes que je ne fais pas payer ! »

Et puis sont venues les discussions avec les médecins installés qui s’y connaissent mieux que la jeune remplaçante que je suis. Et plusieurs critiques apparaissent…

 

D’un point de vue pratique, ce n’est ni un gain de temps, ni une facilité pour les patients. Nous allons commencer la consultation par devoir déterminer si oui ou non il faudra payer la consultation en fonction du statut de médecin traitant ou non (ce qui est rarement clair même pour les patients !), puis se renseigner sur la caisse de Sécurité sociale et la Caisse de mutuelle. Ensuite, au lieu de compter mes chèques, il va falloir vérifier chacun des paiements de la Sécurité sociale ainsi que ceux des innombrables mutuelles existantes et rappeler chacun s’ils ne nous ont pas payé ! Avec quel poids, puisque ce n’est pas le médecin leur client ? Rien qu’avec les tiers payant “Sécu” actuels, mes consœurs installées depuis 1 an ont déjà 4000€ de non remboursés… Et puis, arrêtons d’être dupe : ne pas payer ne veut pas dire gratuit ! Le patient doit toujours payer sa sécu et sa mutuelle !

 

Côté éthique : comment faire pour rester indépendante et éviter les conflits d’intérêt si je suis payée par la Sécurité sociale et par les mutuelles, ces dernières se préoccupant davantage de leur bénéfices que de la qualité de soins apportée à leurs patients ? On commence à voir apparaître des différences de remboursement par les mutuelles selon les chaînes d’opticien. Les mutuelles vont-elles vous dire qui aller consulter ? Vont-elles nous dire quoi prescrire ? Quel laboratoire pharmaceutique favoriser ? Quels examens réaliser ?

La Sécu va-t-elle diminuer petit à petit sa part de remboursement avec une plus grande part pour les mutuelles, et donc un plus grand pouvoir pour celles-ci ?

 

Il me semble surtout que ce projet est un joli projet qui brille sur un faux problème pour éviter de parler des vrais ! Pour les personnes précaires, il existe la CMU ou le tiers payant sur la part Sécurité sociale (il reste alors 6.90€ à avancer), voire les consultations payées seulement après avoir reçu le remboursement. Pour les autres, avancer 23€ à son médecin était-il leur problème le plus fondamental en cette période ?

Quelle est votre opinion maintenant ?


S’engager


12 Commentaires

image user Ajoutez un argument POUR Argument POURPOUR
Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
  • N’est-il pas important de sensibiliser les patients au coût de la santé pour contribuer à la baisse des coûts supportés par la sécurité sociale ?

  • De nombreux médecins donnent pour argument contre cette loi la lourdeur administrative. 6000 euros et quelques par mois me semble "suffisant" compte tenu des salaires des autres professions. Il faut 9 ans d'études, mais dès la sixième année il me semble qu'il y a une rémunération, non? Un Bac+5 en Sciences humaines (où le stage de dernière année n'est pas rémunéré) équivaut, en début de carrière, en moyenne, à 1500 euros net environ. U...Lire la suite

  • Réponse à Juliette: Je suis assez choquée de votre commentaire et de votre argument "23 euros c'est cher pour ce que vous faites"! Tous les médecins ne travaillent pas comme celui dont vous parlez, et vous avez le choix de votre médecin... Pas besoin d examen pour renouveler une pilule? Et la prévention des risques cardio vasculaires sous pilule? Et la prévention sur les IST, la palpation des seins, le frottis tous les 3 ans? Pas besoin d examen pou...Lire la suite

  • Je ne comprends pas ce que ça vient faire là dedans mais histoire de répondre à votre question Juliette... pendant nos études nous sommes rémunérés dès la quatrième année (en tant qu'externe) ... si je me souviens bien environ 150 euros par mois ... (soit un emploi du temps correspondant à matin à l'hôpital et après midi en cours + qq gardes payées environ 20 euros. A partir de la septième année (soit durant notre internat = travail ou st...Lire la suite

  • Ajoutez un argument CONTRE Argument CONTRECONTREimage user
    Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
  • Est-ce que dans un premier temps, effectuer le Tiers-payant uniquement sur la partie Secu ne serait pas déjà une belle avancée? , en attendant d'avoir un système simple, efficace et centralisé qui permette d'obtenir le remboursement des différentes mutuelles. Ainsi, il ne reste plus que 6.90€ à payer pour sa consultation (ce qui semble raisonnable), et cela simplifie la vie de tout le monde. Après l'argument "les médecins gagnent en moyenne 60...Lire la suite

  • Ce système risque de contraindre les médecins libéraux à prendre un assistant/comptable pour le suivi de leur paiement.
    Le tiers payant existe déjà dans les faits lorsque le patient paye par chèque. Le médecin dépose ces chèques bien après le remboursement pas les organismes.
    L’un des vrais axe d’économie est de poser la question de la place des mutuelles dans notre système. A ce titre, je conseille la lecture de la note du CAE suivante : http://www.cae-eco.fr/IMG/pdf/cae-note008.pdf

  • Un salaire moyen de 6664 euros… j’avoue que ce chiffre comme beaucoup de mes confrères m’a beaucoup surprise ! Mais pourquoi pas… Cependant j’aurai quelques remarques à faire à ce sujet. Tout d’abord qu’est- ce que le salaire d’un médecin généraliste a à faire dans le débat actuel ? Parce qu’en tant que médecin spécialiste en médecine générale (après 9ans d’étude voire plus, 2 concours, les plus de 50, 60 heures travaill...Lire la suite

    • Je comprend l'incompréhension face à ce projet de loi, je vais avancer quelques points de vue et informations qui répondront un peu à des interrogations que j'ai lues : 1°) le salaire indiqué comme information a été pondéré en indiquant que cela ne signifiait pas que les médecins ne le méritaient pas, ce n'est donc pas une «punition». Juste le constat que comme n'importe quelle entreprise (dont font parties les entreprises libérales), cette...Lire la suite

  • pourquoi ne pas plutôt réfléchir à des solutions pour améliorer l'accès aux soins de cette "classe moyenne délaissée depuis longtemps" comme par exemple l'aide au financement d'une complémentaire santé... pourquoi encore une fois est-ce au médecin de "faire des efforts"...et c vrai qu'est ce que le salaire du médecin généraliste vient faire ici...allez plutôt passer une journée ou deux avec un médecin généraliste et vous verrez comment ...Lire la suite

  • Tout ceci est un faux débat, la loi est présenté de telle manière pour plaire à la classe populaire et majoritaire, or cette dernière ne gagne rien en réalité, en revanche ce sont les mutuelles et les groupes pharmaceutiques qui qui remportent le gros lot, au détriment de ceux qui travaillent, les médecins. Ce qui est scandaleux c'est que ce soit un gouvernement "socialiste" qui obéisse aux lobbying des mutuelles/pharmaceutiques et ponde une tel...Lire la suite

    • La théorie du complot ne me semble pas un argument utiliable en général, et dans ce cas particulier, les médecins sont sans doute la catégorie socio-professionnelles la mieux représentée au pouvoir, en particulier au Sénat et à l’Assemblée Nationale.
      Cela ne sous-entend pas que ce projet de loi est parfait ou juste, mais en tout cas, la théorie du complot et du gouvernement qui fait passer ce projet de loi sans connaître la situation ou contre les médecins ne semble pas tenir la route.