Faut-il ouvrir une « salle de shoot » à Paris ?

Matériel d'une salle de shoot

Numéro 1

S’informer

Spoiler title
Une salle de shoot (également appelée « salle d’injection » ou « site d’injection supervisé ») est un lieu où les consommateurs de drogue peuvent pratiquer des injections par voies intraveineuses dans de bonnes conditions d’hygiène.

Les toxicomanes peuvent y obtenir gratuitement des seringues neuves et être entouré par un personnel formé capable notamment d’intervenir en cas de malaise. Pour ses défenseurs, le but est de réduire le nombre d’overdose ainsi que le nombre de transmission de maladies virales.

En revanche, aucun stupéfiant n’est disponible sur ces sites et le trafic y est proscrit.

Qu'en est-il en France?
A ce jour, aucune salle de shoot n’a ouvert ses portes dans l’hexagone.

En 2013, un projet de salle d’injection a été lancé dans le 10ème arrondissement de Paris. Cette salle devait être gérée par l’association Gaïa dans un local mis à disposition par la SNCF au 39 boulevard de la Chapelle.

Plusieurs collectifs de riverains ainsi que certains élus se sont alors fortement opposés à ce projet, dénonçant l’inefficacité présumée de l’expérimentation ainsi que la dangerosité compte-tenu de la proximité d’immeubles d’habitation et d’écoles.

Le Conseil d’Etat a fini par trancher en octobre 2013 en donnant un avis négatif, estimant que l’ouverture d’une salle de consommation de drogues n’était juridiquement pas conforme à la loi de 1970 sur les stupéfiants. Le Conseil d’Etat avait recommandé de créer une nouvelle loi pour autoriser le principe de ce dispositif « pour plus de garantie juridique ».

Pourquoi en parle-t-on en ce moment?
La Ministre de la santé, Marisol Tourraine, a suivi la recommandation du Conseil d’Etat : ce mois-ci, l’Assemblée nationale examinera le nouveau projet de loi de santé qui autorise l’expérimentation des « salles de consommation de drogue à moindre risque ». Si la loi est votée, le site de la gare du nord pourrait ouvrir ses portes avant la fin de l’année 2015.

Numéro 2

Se positionner

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Quelle est votre opinion avant de lire l'article ?
LE « POUR »

Pour l’ouverture de salles de consommation à moindre risque

Billet rédigé par :

Céline Debaulieu

Coordinatrice à l'Association Gaia -Paris
http://gaia-paris.fr/

Le débat sur les salles de consommation à moindre risque a été relancé en France en 2012, et a connu un avancement concret avec le feu vert donné par Matignon le 5 février 2013. L’association Gaia-Paris a mené depuis lors, avec la mairie de Paris, un projet d’ouverture d’une salle de consommation dans le nord-est parisien, dans le quartier de la gare du nord.

 

Le projet a été construit en prenant comme base de réflexion les années passées sur le terrain par le CAARUD de Gaia-Paris depuis 2006-2007. Les contacts établis avec les usagers, à la fois de proximité et de confiance, ont permis année après année de faire remonter le besoin pressant d’avoir accès à un espace où l’hygiène et la sécurité permettraient d’injecter dans des conditions acceptables.

 

Des évaluations et expertises[1] démontrent l’intérêt et l’impact de ce type de dispositif tant en matière de santé publique (diminution des pratiques de partage de seringue, diminution du nombre d’overdoses, augmentation du nombre d’usagers entamant un parcours de soins, traitement de substitution aux opiacés, soins médico-sociaux…), que de sécurité dans les quartiers jouxtant ces salles et sur les « scènes ouvertes » d’usage.

 

Le projet que souhaite mettre en œuvre l’association Gaia-Paris s’appuie sur des éléments d’expertise relevés dans les différentes salles de consommation existant en Europe, la première ayant été ouverte à Berne, en Suisse, en 1986. Il est important de souligner :

– Qu’une salle de consommation n’encourage pas la consommation de personnes qui ne sont pas déjà dépendantes.

– Qu’une salle de consommation s’inscrit en proximité d’une scène de consommation, et que celle-ci existe depuis 2006 aux alentours de la gare du nord.

– Que les dealers sont eux aussi déjà là et n’ont aucun intérêt à se déplacer : les abords de la gare présentent beaucoup plus d’opportunités en termes d’échappées que les abords de la future salle de consommation.

– Que le travail mené en réduction des risques n’est pas le même que celui effectué par des médecins dans un hôpital : des partenariats peuvent être faits et certains existent déjà, d’autres peuvent être renforcés.

– Qu’une salle de consommation est une réponse pour les usagers les plus précaires, ceux qui n’ont pas de « chez- eux » et injectent dans des conditions sanitaires très souvent fort dégradées.

 

[1] Expertise collective sur la réduction des risques. Les centres d’injection supervisés, Inserm, juin 2010.

LE « CONTRE »

Salle de shoot : l'idéologie n'est pas bonne conseillère !

Billet rédigé par :

Déborah Pawlik

Conseiller de Paris - élue UMP du 10e arrondissement
http://www.deborahpawlik2014.fr/

L’idéologie n’est jamais bonne conseillère. Surtout en matière de santé publique. Pourtant, le projet d’expérimentation d’une salle de shoot dans le 10e arrondissement est une véritable obsession de la gauche parisienne. Un serpent de mer dont l’avancée avait été stoppée net par le Conseil d’Etat en raison de son illégalité. Las, le projet va ressurgir avec l’examen prochain de la loi Santé à l’Assemblée nationale et le cadre juridique sur mesure qu’elle offre à la salle de shoot. Si le texte était adopté, il sera possible dans quelques mois de consommer de la drogue, au 39 boulevard La Chapelle à Paris, en toute légalité.

 

Les positions sur l’ouverture d’une salle de shoot sont souvent caricaturées. Le pragmatisme est pourtant de rigueur sur cette question d’importance. Et c’est justement par pragmatisme que je refuse une telle expérimentation, ce projet n’étant en rien adapté  à la réalité parisienne et aux besoins des toxicomanes parisiens.

 

Les exemples étrangers  montrent, en effet, que les salles de shoot ont permis, dans une certaine mesure, de réduire les risques sanitaires liés à la consommation de drogues. Mais à Paris l’urgence n’est pas là, car les transmissions de maladies infectieuses ont diminué avec la mise à disposition de matériels depuis 20 ans.

 

A contrario, Paris a besoin d’une politique qui offre aux toxicomanes un accompagnement vers le sevrage. Or, ces salles de shoot “entretiennent la dépendance aux drogues au lieu d’aider les gens à s’en débarrasser”, comme l’a dénoncé la Vice-présidente de la Fédération mondiale contre les drogues.

 

Les zones d’ombre entourant le projet sont par ailleurs nombreuses. Il est question d’expérimentation, mais sur une durée particulièrement longue – 6 ans – et sans la nécessaire évaluation qui devrait l’accompagner.

 

Des projets alternatifs, de surcroit moins onéreux (le coût de fonctionnement annuel de la salle de shoot serait d’un million d’euros), existent pourtant. Ainsi, la mise en place, en concertation avec les riverains, d’une structure d’accueil, de prévention et de suivi, portée par plusieurs arrondissements, ou à proximité d’un centre hospitalier, devrait être explorée.

 

Tendre la main aux toxicomanes en impulsant une politique d’accompagnement responsable, alliant suivi médical et réinsertion sociale, voilà ce qui devrait être l’obsession de tous les représentants politiques. Enfermer des personnes en souffrance dans une salle de shoot et dans leur dépendance, ne peut être au contraire une politique digne d’un pays comme la France. Ce serait un simple abandon de la lutte contre la toxicomanie.

 

Quelle est votre opinion maintenant ?


S’engager


5
Ajouter un argument

avatar
5 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
WashingtonTotoDamiengeffroysilber Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
silber
Invité
silber

le quartier de la gare du Nord est déjà hautement insécuritaire (vols, agressions…), il n’est pas nécessaire d’en rajouter !!!!

geffroy
Invité
geffroy

pourquoi ne pas implanter cette structure au sein d’un etablissement hospitalier plus apte pour soigner les addictions

Damien
Invité
Damien

Pour moi c’est antinomique. Comment pouvons nous mettre en place des salles pour permettre à des personnes de se shooter (Ok dans de bonne condition au niveau hygiène) et d’un autre coté faire la chasse au revendeur de drogue.
Pour moi au lieu de les aider dans le bon sens (C’est à dire les desintoxiquer) nous les poussons à consommer.

Toto
Invité
Toto

Je comprend qu’on puisse se poser la question de savoir comment aider les usagers de drogues en ouvrant une salle qui leur permettrait de consommer. Ce n’est pas naturel. Cependant, les effets en terme de santé publique des salles de shot semblent clairs. Il y a bien sûr le problème des conditions d’hygiène qui a été rappelé, et celui des Infections sexuellements transmissibles (souvent transmissibles par le sang donc les seringues). Notons au passage qu’actuellement, des transmissions se font encore par usage de drogues, et qu’il est donc toujours utile de s’en occuper. Par ailleurs, cela permet d’avoir un suivi de ces usagers en terme social et médical, car ils s’agit souvent de personnes désociabilisées. Ouvrir une salle officielle permet de garantir que la police ne les empêche pas de venir, et donc aux associations et soignants de faire leur travail, et donc à la France d’avoir des données exactes.… Read more »

Washington
Invité
Washington

Je vous invite à aller voir ce qu on fait les suisses en matière de toxicomanie… Les suisses c est terrible gauchiste, On de super résultat… Si vous voulez vraiment que les Toxicomanes s en sorte, pensez autrement… Sinon en fait c est que vous pensez qu il peuvent bien crever… Les toxicomanes sont déjà la, la question c est comment veut on qu il vivent…