Trop de loups en France ?

Loup gris en France

Numéro 1

S’informer

Combien y a-t-il de loups en France aujourd'hui et où sont-ils ?
En 2014, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) estimait qu’il y avait environ 300 loups en France. Ce chiffre est en augmentation constante sur ces dernières années, d’environ 20 % par an.

Les populations de loups sont réparties principalement dans les massifs montagneux. On en trouve dans les Alpes, le Massif central, le Jura, les Vosges et les Pyrénées.

Depuis quand y a-t-il des loups en France ?
Si la présence du loup est attestée depuis longtemps par des textes historiques, il a été complètement éradiqué en France au cours des XIXe et XXe siècle. Gênant pour les éleveurs et accusé d’être le vecteur de la rage, une loi demande la destruction de l’espèce en 1882. Le dernier loup français est abattu en 1937.

Il est depuis réapparu spontanément (c’est-à-dire qu’il n’a pas fait l’objet d’une réintroduction par l’Homme) en 1992 dans le parc du Mercantour, ayant traversé la frontière depuis l’Italie. Sa population n’a depuis cessé de s’étendre, géographiquement et en nombre d’individus.

Quel est le statut légal du loup ?
En France comme en Europe, le loup est une espèce protégée intégralement. Cela signifie que cet animal n’est pas chassable, et implique notamment que l’Etat doit indemniser les éleveurs de leurs animaux tués par les loups.

Néanmoins, dans le cadre du plan loups 2013-2017, l’Etat a autorisé sous certaines conditions (mesures de protection, tir préalable d’effarouchement) le tir de loups dans certaines zones, et jusqu’à une certaine limite, revue tous les ans.

Le 2 juillet 2015, cette limite a été revue à la hausse à 36 loups pour l’année à venir, contre 24 pour l’année précédente.

Numéro 2

Se positionner

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Quelle est votre opinion avant de lire l'article ?
LE « POUR »

La situation est incontrôlable

Billet rédigé par :

Marie-Cécile THOMAS

Éleveuse dans la Drôme Siège au Groupe National Loup pour la Coordination Rurale
http://www.coordinationrurale.fr/

Oui, le loup se porte bien et c’est le Museum d’histoire naturelle qui l’affirme ! Il n’en est pas de même pour les éleveurs, les bergers et leurs troupeaux.

Plus de 9 000 bêtes ont été tuées par des loups en 2014 (+ 1/3 par rapport à 2013) pour un budget d’indemnisation de plus de 2,5 millions d’euros : c’est énorme !

Le loup explore toujours de nouveaux territoires qui font l’objet de ses attaques. Il a traversé le Rhône et est désormais tout près de l’Auvergne : sa présence permanente a été confirmée en Ardèche.

Aujourd’hui, il y aurait entre 300 et 350 loups en France selon les chiffres officiels, et même si leur nombre exact n’est pas central, leur croissance exponentielle nous inquiète en tant qu’éleveurs, tout comme leurs dégâts !

La situation est incontrôlable : un protocole existe pour réguler la population de loups en fonction des attaques, mais il n’est jamais appliqué dans son ensemble. Des associations font de l’obstruction systématique et parviennent à annuler les procédures. Le loup est un animal rusé et il est difficile de le chasser.

La cohabitation entre le loup et l’élevage pastoral – c’est à dire le type d’élevage que les mêmes associations veulent voir perdurer dans les paysages – est impossible. Les éleveurs et les bergers ont bien du mal à faire reconnaître les attaques de loups et à se faire indemniser. Il leur est demandé toujours plus d’investissements dans des équipements de protection qui s’avèrent inefficaces.

La Coordination Rurale pour laquelle je milite espère qu’enfin, ce problème sera regardé objectivement et avec raison par les pouvoirs publics, au-delà des caricatures et des débats tronqués.

Des pièges spécifiques efficaces et agréés aux normes du piégeage sans cruauté existent : pourquoi ne pas les utiliser pour que le protocole parvienne au moins à réguler le quota annuel défini ?

Ce serait un premier pas dans la bonne direction pour que le trop grand nombre de loups de France soit enfin pris en compte.

LE « CONTRE »

Le loup, symbole et richesse de la nature sauvage

Billet rédigé par :

Rémi Collange

Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS)
http://www.aspas-nature.org/

Depuis 1992, le loup italien est revenu spontanément recoloniser les Alpes Françaises après 60 ans d’absence, il n’a pas été réintroduit. En 2015, l’estimation de la population française est d’environ 350 individus. Les populations restent faibles et fragiles et pourraient disparaître rapidement en cas de destructions répétées.
Il est donc impératif de le protéger intégralement pour lui donner une chance de s’implanter durablement.

Le loup, un grand prédateur qui s’autorégule 
En France, le domaine vital d’une meute est d’environ 200 km². La densité de population de loups est conditionnée par la nourriture disponible sur leur territoire. Ce système d’autorégulation permet de maintenir le nombre de loups en adéquation avec la capacité d’accueil du milieu. Il n’y a donc aucun risque de le voir “pulluler”.

Le loup n’attaque pas l’homme
Le loup n’est pas un animal dangereux pour l’homme : il fuit à son approche, ce qui le rend d’ailleurs très difficile à observer. Il y a assurément moins à craindre d’un loup que de certains chiens.

Le bouc émissaire de la filière ovine
Certains éleveurs accablent le loup de tous les maux et demandent son élimination. S’il lui arrive de prélever quelques moutons sur les troupeaux, il est inacceptable de lui mettre sur le dos l’entière responsabilité des problèmes de la filière ovine (baisse des prix de la viande, concurrence étrangère, maladies…), d’autant que seuls 1 % des pertes de bêtes lui sont attribuées et que des mesures de protection efficaces et subventionnées par l’État sont proposées aux éleveurs. Le retour du loup implique en effet une modification des pratiques pastorales actuelles. Si certains éleveurs acceptent d’adapter leurs méthodes de travail pour mieux cohabiter avec le loup, d’autres s’y opposent, soutenus par de très puissants syndicats agricoles qui voient là un moyen de fédérer une profession en proie à des difficultés d’un autre ordre, et par des politiques qui y trouvent leurs intérêts. Le loup n’est autre que le bouc émissaire idéal pour détourner l’attention des véritables problèmes d’une filière ovine en crise.

Un maillon essentiel à la biodiversité, un atout pour les forestiers
Le loup instaure un équilibre entre les populations de ses proies et leur milieu. En régulant les herbivores, il limite la dégradation de la flore et des forêts et restreint les risques d’épuisement de ressources alimentaires pouvant être générés par des surpopulations. Par sa prédation, il joue également un rôle sanitaire et régule la faune en sélectionnant les bêtes affaiblies.

Une opportunité éco-touristique
Au-delà de l’aspect biologique, le retour du loup est aussi une aubaine économique pour les territoires concernés. La présence du prédateur stimule le tourisme dans les parcs naturels du monde entier où il est présent.

Quelle est votre opinion maintenant ?


S’engager


8 Commentaires

image userAjoutez un argument POUR Argument POURPOUR
Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
  • je suis citadin et proche des écologistes (altermondialiste). J’ai étudié 6 mois le sujet avec beaucoup de recherches (recueil de 80 pages) et j’en arrive à la conclusion que la non régulation est abusive et que le rôle écologique du loup est surévalué.Je ne suis pas pour son éradication mais pour une forte régulation,car les dommages au pastoralisme sont sous évalués,

    • C’est facile de faire un recueil de 80 pages avec des photos et des coloriages .. ^^

      Le loup revient c’est un fait et il est PROTEGE par la loi cela impose plus de travail aux éleveurs.. du coup ça râle dans les rang !! Mes arguments sont les mêmes que ceux de l’ASPAS je ne vais pas les répéter. Ils sont 300 et quelques on est 66 380 000 en France c’est qui les plus envahissants ??

  • Près de 10000 animaux d’élevages massacrés dans des circonstances épouvantables, et il y en a encore à pleurnicher après la perte d’une trentaine de loups ...Beaucoup de régions françaises, beaucoup de pays vivent depuis bien longtemps sans ces prédateurs, et n’ont vraiment pas l’air de s’en plaindre.Nos Coopératives manquent d’agneaux et d’éleveurs pour les produire, malgré une concurrence déloyale de pays sans loups com...Lire la suite

  • Ici en Suede la chasse de loups est legal, en 2017 25 loups sont tirez. Les loups tuent beaucoup de rennes et aussi dans le sud des moutons. Aussi les loups sont d’orgine de la
    meme famille et pour cette raison quelque loups sont tires.
    (Je n’ai pas des accents!)

    • Ajoutez un argument CONTRE Argument CONTRECONTREimage user
      Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
      • L'humanité ne peut concevoir que le moindre cm2 de la planète ne lui soit pas accessible. Tout ce qui entrave la liberté d'entreprendre ou d'occuper l'espace doit être éliminé, à commencer par les bêtes sauvages, que nos ancêtres se sont appliqués à éradiquer depuis qu'ils en ont inventé les moyens (armes, feu, poisons, pièges, etc...). Aujourd'hui la population humaine est sans limites, et presque toutes les autres espèces (au moins de mamm...Lire la suite

        • Partagez-vous votre lieu d'habitation avec les souris et les rats ? Acceptez-vous d'y accueillir moustiques, guêpes, frelons et autres dignes représentants de la biodiversité de notre belle planète ? Si vous refusez ce partage, vous, si généreux, comprenez donc qu'un simple éleveur de mouton ou de chèvre ait la même position envers d'autres espèces animales. Pour lui, ce ne sont pas les moustiques ou les rats, le problème, mais les loups et le...Lire la suite