Nuit Debout : faut-il faire évacuer la place de la République ?

Nuit Debout à Paris
Photo : Olivier Ortelpa Licence Creative Commons CC BY 2.0

Numéro 1

S’informer

Qu'est-ce que Nuit Debout ?
« Nuit debout », souvent écrit #NuitDebout, est un mouvement de manifestations quotidiennes, né à la suite des manifestations contre la Loi Travail (lire à ce sujet notre précédent débat : Pour ou Contre la loi Travail ?).

Depuis quand ça dure ?
Le 31 mars 2016, à la suite des manifestations contre la Loi Travail, plusieurs manifestants sont restés Place de la République à Paris toute la nuit. De nombreux manifestants sont revenus le lendemain soir, puis le surlendemain. Des manifestants sont venus Place de la République toutes les nuits sans interruption depuis le 31 mars 2016.

Le mouvement a ensuite essaimé dans plusieurs autres villes en France et à l’étranger. Des manifestants se réunissent ou se sont réunis dans une centaine de ville, principalement en France.

Que veulent les manifestants de Nuit Debout ?

Il est difficile de répondre à cette question. Si le mouvement est né de l’opposition à la Loi Travail, les discussions ont depuis largement dépassé le cadre de ce projet de loi.

Comme le mouvement se caractérise par l’absence de leader, il est impossible de lister des revendications précises qui seraient revendiquées par l’ensemble du mouvement. Sur le site nuitdebout.fr, on trouve seulement le désir de se réapproprier la parole et l’espace public.

Numéro 2

Se positionner

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Quelle est votre opinion avant de lire l'article ?
LE « POUR »

Nuit Debout, c’est Paris à genoux

Billet rédigé par :

Jérôme Dubus

Conseiller de Paris Les Républicains

Depuis trois semaines, le mouvement « Nuit Debout » occupe en toute impunité la Place de la République, avec la complicité de la Maire de Paris, Anne Hidalgo et le silence du Préfet de Police.

En effet, malgré de nombreuses dégradations de commerces, d’équipements publics, malgré la consommation effrénée de drogues illicites en tous genres, « Nuit Debout » poursuite nuit après nuit ses bacchanales enfumées et violentes, en plein état d’urgence !

De qui « Nuit Debout » est-il l’enfant ?

Certainement pas de la tradition grecque de l’Agora, qui vit la naissance et le développement d’écoles philosophiques de première importance comme l’École du Portique de Zénon du Cition, fondateur du stoïcisme.

Pas non plus de la tradition britannique des « speakers » de Hyde Park, plutôt sympathiques et inoffensifs.

Encore moins des mouvements de type Podemos, qui n’ont jamais sombré dans la violence ou la destruction.

« Nuit Debout » est en réalité l’enfant de la Gauche anticapitaliste, antimondialiste et anarchiste qui veut détruire notre société, sous couvert de revendications égalitaires et démocratiques.

« Nuit Debout » trouve son inspiration dans les mouvements altermondialistes violents dont les « grands hommes » sont Hugo Chavez, qui ruina son pays et le priva de liberté, et « Lula », l’un des dirigeants les plus corrompus du XXIème siècle.

« Nuit Debout » est enfin le reflet d’une France à genoux dont les plus hautes autorités sont désormais incapables de faire respecter l’ordre républicain.

Combien de temps les Parisiens vont-ils tolérer cette inaction à la fois complice et coupable ?

Combien de temps les riverains vont-ils supporter ces « happenings » insalubres et dangereux ?

Combien de temps les commerçants vont –ils supporter la casse de leur outil de travail et les exactions physiques de ces pseudo-démocrates ?

Il est temps désormais de mettre fin à cette mascarade de démocratie incapable de respecter une parole différente comme celle d’Alain Finkelkraut.

La Place de la République doit être immédiatement et définitivement rendue à ceux à qui elle appartient : les Parisiens.

LE « CONTRE »

Là où se pratique la démocratie

Billet rédigé par :

Armel LE COZ

Co-fondateur du collectif Démocratie Ouverte
http://democratieouverte.org/

Le mouvement #NuitDebout et plus largement les mouvements de réappropriation de la politique par les citoyens dessinent les nouvelles frontières de nos démocraties : plus de pouvoir citoyen, plus de délibération et de consensus, moins de délégation et moins de confrontation partisane.

Notre société toute entière traverse une profonde mutation qui pourrait se définir ainsi : nous avons chaque jour davantage de moyens de contribuer individuellement au bien commun.

Ce phénomène montre l’avenir et bouleverse déjà aujourd’hui de nombreux secteurs :
– Dans les médias, l’information et la culture, grâce à internet, nous pouvons tous contribuer à la production de contenus facilement diffusés ensuite sur la toile (réseaux sociaux, blogs, vidéos youtube, musiques, films)
– Dans l’éducation et la formation, nous avons aujourd’hui le pouvoir de co-construire et de suivre des millions de cours pour s’approprier une infinité de connaissances et de savoir-faire (Wikipedia, « moocs »)

Ce phénomène s’observe aussi dans le transport (covoiturage, location entre particuliers), l’énergie (production locale, photovoltaïque, éolien citoyen), le travail (espaces de coworking, travail indépendant), l’alimentation (circuits courts, potagers partagés, permaculture), la production (imprimantes 3D, fablabs, « Do It Yourself »), la santé (auto-médication), l’économie (monnaies citoyennes, systèmes d’échanges locaux), l’habitat (auto-construction, chantiers participatifs)… bref, dans tous les domaines l’individu gagne en pouvoir d’agir et devient de plus en plus entrepreneur de sa propre vie en se réappropriant son environnement direct.

Le mouvement #NuitDebout correspond à cette même dynamique dans le domaine politique : les citoyens se réapproprient la chose publique. Ils discutent de l’avenir de la société, ils dépassent l’indignation pour entrer en action : toutes les solutions d’avenir évoquées plus haut sont littéralement présentées et débattues « sur la place publique ». Elles gagnent en ampleur et en visibilité. Elles essaiment. Elles redonnent espoir dans la politique.

Le mot démocratie signifie « pouvoir au peuple ». Sur la place de la République à Paris et sur les places des villes de France et d’Europe, nous assistons à une renaissance démocratique : des citoyens reprennent en main leur pouvoir d’agir. Ils refusent les trop nombreux dysfonctionnements de notre système institutionnel et essayent autre chose, de manière non violente, dans une grande qualité d’écoute et de débat. Attaquer une telle dynamique revient à attaquer la démocratie à sa racine.

Alors que nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité sont menacées de toutes parts, il faut choisir son camp : la démocratie ou l’autoritarisme !

Quelle est votre opinion maintenant ?


S’engager


5 Commentaires

image user Ajoutez un argument POUR Argument POURPOUR
Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
    • Dans une telle masse de gens il y a toujours des débordements … et c’est souvent les débordements qui sont filmés.
      Est-ce pour cela qu’il faut condamner tout le mouvement ?

  • Ajoutez un argument CONTRE Argument CONTRECONTREimage user
    Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !