Noël : interdire les crèches dans les mairies ?

Interdire les crèches dans les mairies
Crédit photo : Micom

Le contexte

Pourquoi on en parle ?

Après plusieurs années de polémique et des décisions de justice contradictoires, le conseil d’Etat a été saisi afin de clarifier la situation sur la question d’interdire les crèches de Noël dans les bâtiments publics.

La polémique est née en 2014 après la décision du tribunal administratif de Nantes d’interdire une crèche de Noël au sein du conseil général de Vendée.

En 2015, l’Association des Maires de France (AMF) s’était déclarée opposé à l’installation de crèches dans les mairies.

Le Conseil d’Etat a rendu son avis le 9 novembre dernier : l’installation d’une crèche de Noël dans un emplacement public est autorisée mais uniquement si elle présente un caractère culturel, artistique ou festif.

Que dit la loi ?
L’article 28 de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l’Etat “interdit […] d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions.”

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Quelle est votre opinion avant de lire cet article ?
LE « POUR »

Les crèches chrétiennes n’ont pas leur place dans les bâtiments de la République

Billet rédigé par :


Vendée libre penséeJean REGOURD

Président de la fédération de Vendée de la Libre Pensée

federations.fnlp.fr

Le respect de la liberté de conscience des citoyens et citoyennes est le moteur de cette action pour qu’il n’y ait pas de crèche chrétienne, en fait catholique, dans les bâtiments publics, dans le cas présent dans le hall d’entrée de l’Hôtel du département de la Vendée.

L’installation  de crèches catholiques (les protestants ne font pas de crèches) dans les bâtiments de la République est récente et ne correspond nullement à une tradition. Les crèches sur des emplacements publics ont été interdites par la Révolution française, elles ont donc trouvé une nouvelle vie au domicile des particuliers.

La crèche trouve son origine dans le paganisme et cette symbolique a été recyclée, comme beaucoup d’éléments païens, dans le christianisme, puis au fil du temps, la crèche s’est sécularisée, surtout en Provence, où par l’addition des personnages des santons de métiers, le caractère central de la Nativité a été complètement édulcoré, voire occulté dans certains cas.

Or,  la France est régie par la loi de 1905, de Séparation  des Eglises et de l’Etat. Donc, les bâtiments de la République sont des ” maisons communes” qui doivent strictement respecter la neutralité qui leur est imposée. C’est en s’appuyant sur l’article 28 de cette loi que la fédération de Vendée de la Libre Pensée a saisi la juridiction administrative.

En 1948, le maire de Château d’Olonne ( Vendée) Séraphin  Buton  à propos du retrait  d’un crucifix précise : “si la présence d’un crucifix   satisfait quelques uns, cela peut en blesser d’autres, la mairie est la maison commune”. Nous faisons totalement nôtre cette réponse. C’est ce qu’a également indiqué notre avocat lors de l’audience publique au Conseil d’Etat du 21 octobre ” madame le rapporteur public, vous vous êtes située du point de vue de l’institution, mais que perçoit l’usager qui rentre dans une mairie et voit une crèche ?”

Dans  la crèche chrétienne, les personnages principaux ne sont pas anodins. C’est ce qui fonde sa nature religieuse.

Après les décisions du Conseil d’Etat du 9 novembre les évêques ont indiqué que L’Eglise n’est pas demandeuse. Force est de constater qu’ il s’agit donc de l’action d’Elus qui outrepassent leurs devoirs de neutralité en matière religieuse  Or, les deux arrêts du 9 novembre sont très clairs : les crèches reproduisant une scène de la Nativité contenue dans le Nouveau-Testament sont prohibées dans les bâtiments de la République.

LE « CONTRE »

Distinguer le cultuel et le cuturel

Billet rédigé par :

Philippe GosselinPhilippe Gosselin

Député de la Manche

www.philippegosselin.fr

Ma position sur la présence de crèches dans les mairies n’a pas varié, depuis l’ouverture de la polémique il y a  deux ans par un certain nombre d’associations militantes et assez peu représentatives de la population française, qui regarde ces polémiques avec un certain étonnement.

Le vademecum de l’AMF sur la laïcité avait ravivé cette polémique, quelques jours seulement après les attentats du 13 novembre. Avec Hervé Mariton, nous avions appelé à son retrait, dans une pétition signée par plusieurs dizaines de milliers de Français, dont 140 parlementaires.

Ne faisons pas la confusion entre ce qui relève du cultuel et ce qui relève du culturel.

La laïcité est une valeur fondamentale de la République. En tant qu’élu, je la respecte et la défends. Mais elle doit être comprise comme l’acceptation, sur un pied d’égalité, de tous les cultes, non comme leur interdiction. La laïcité n’est pas l’abandon de nos valeurs, de notre histoire, de notre culture, le reniement de notre identité. Tout en étant riche de sa diversité, la France ne peut oublier ses racines et nier son expression culturelle.

C’est dans cet esprit que la présence de crèches de Noël représente pour nombre de nos concitoyens un instant privilégié, un moment de pause spécifique d’ordre culturel. Dans une église, elles marquent le symbole de Noël dans une dimension cultuelle. Mais, dans une mairie, dans un lieu public, elles sont adoptées par chaque Français, quelle que soit sa religion, comme un élément spécifique d’une période de fête familiale et représentatif d’une culture et d’une tradition partagées.

Les interdire, c’est confondre le culturel, ouvert, et le cultuel, relevant en effet de la loi de 1905.

Le Conseil d’Etat, dans l’arrêt qu’il a rendu le 9 novembre, a rappelé ce sens de la loi de 1905. Elle garantit le libre exercice des cultes, la liberté de conscience et la neutralité des agents publics. Il reprend notre distinction entre cultuel et culturel, et interprète ainsi la laïcité à la lumière de nos traditions : si l’installation d’une crèche présente un caractère d’ordre culturel, artistique ou festif, elle respecte les garanties apportées par la loi de 1905, aussi longtemps qu’elle reste dépourvue de tout élément de prosélytisme.

Sa conclusion résume cette pensée : la crèche “présente un caractère religieux ; mais elle est aussi un élément des décorations et illustrations qui accompagnent traditionnellement les fêtes de fin d’année, sans signification religieuse particulière”.

Gardons donc cette belle distinction. Elle est aussi un gage de bien vivre ensemble, dans la tolérance.

 


Quelle est votre opinion maintenant ?
Pour aller plus loin
Pour aller plus loin 
Vous pouvez republier le débat, ou l’une des deux tribunes sur votre site ou blog.

Licence Creative Commons

Nous croyons que la libre circulation des données et des informations est bonne pour notre société : nos articles sont donc édités et mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas de Modification 4.0 International. Cela signifie que vous pouvez republier le débat entier ou l’une des deux tribunes sous les conditions suivantes :

  1. Attribution : merci de préciser l’auteur, la provenance, et de mettre un lien vers la source d’origine
  2. Pas de modifications dans les textes et les propos.
Vous pouvez partager le débat sur 9Milliards,

un réseau social responsable qui a pour objectif de réinventer la manière de construire l’information avec la contribution de tous les acteurs qui la font vivre :

1 Commentaire

image user Ajoutez un argument POUR Argument POURPOUR
Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
Ajoutez un argument CONTRE Argument CONTRECONTREimage user
Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
  • Il faut être logique: les mairies qui interdisent les crèches doivent aussi interdire les galettes des rois, puisque cette tradition célèbre la visite des mages à la Crèche.