Explique-moi… la politique agricole commune (PAC)

Quelques informations sur la PAC 

Explique-moi comme si j’avais 5 ans … la politique agricole commune (PAC)

La PAC regroupe l’ensemble des aides financières qui sont reversées aux Européens

À l’origine de la PAC…
À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, le secteur agricole ne permet pas de nourrir l’Europe qui est dépendante des importations provenants d’autres pays. L’Europe cherche donc à s’unir pour la paix et la stabilité économique.
En 1957, est créée la CEE (Communauté Economique Européenne) qui donnera en 1962 la PAC !

Objectifs & missions de la PAC
Afin de moderniser le secteur agricole, d’augmenter sa productivité et améliorer les conditions de vie des paysans, la PAC a été créée sur 3 principes fondateurs :

Un marché agricole unique : Assurer la libre circulation des produits agricoles à l’intérieur de l’Europe (suppressions des droits de douane)
La préférence communautaire : Protéger les producteurs agricoles européens de la concurrence étrangère (imposition de côté et de droits de douane sur les produits importés)
La solidarité financière : la PAC est financée par un budget commun. Les états y contribuent par leur niveau de richesse (les dépenses se font en fonction des besoins.

Fonctionnement

Le premier pilier (+2/3 du budget), concerne les aides directes aux agriculteurs. Ces aides sont principalement distribuées sous forme d’aides “découplées” qui ne dépendent que de la surface des fermes.

Les critiques

– Par des agriculteurs qui contestent son caractère inéquitable, les contraintes administratives lourdes, la disparité des réglementations entre États, et le manque de soutien à l’agriculture écologique.

– Par des associations qui dénoncent les dégâts environnementaux engendrés par un modèle d’agriculture industrielle productiviste et très polluant.
En 2015 : 1,5 % des bénéficiaires a touché 32 % du montant total des aides. S : Greenpeace

– Par des pays hors zone UE qui jugent que les aides de la PAC sont une atteinte aux règles de la concurrence sur le marché mondial.

– Par certains États européens qui réclament une baisse de son montant, une meilleure répartition de son financement et une dérégulation des marchés agricoles