Vaccins : la vaccination doit-elle être obligatoire en France ?

Numéro 1

S’informer

La vaccination est-elle obligatoire aujourd'hui en France ?

Aujourd’hui, la vaccination des enfants n’est obligatoire que pour 3 vaccins :

  • le vaccin anti-diphtérique,
  • le vaccin anti-tétanique
  • le vaccin anti-poliomyélitique.

Ils sont généralement regroupés en un seul vaccin, le « DTP« .

Beaucoup d’autres vaccins sont conseillés ; l’ensemble des recommandations en terme de vaccination est regroupé dans le calendrier vaccinal, qui est édité par le Ministère de la Santé après avis du Haut Conseil de la santé publique.

Que risquent les parents s'ils ne font pas vacciner leur enfant ?

Pour les vaccins obligatoires, le fait de ne pas faire vacciner ses enfants est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 30 000 euros d’amende et 2 ans de prison.

Quant aux autres vaccins, il n’y a aucune obligation légale en France. Le seul risque est médical puisque les enfants non vaccinés ne seront pas immunisés contre les maladies concernées.

Pourquoi en parlons-nous en ce moment ?

En 2014, un couple de parents de l’Yonne, Marc et Samia Larère, ont comparu devant le Tribunal de grande instance d’Auxerre pour avoir refusé de faire vacciner leur fille. Dans le cadre de ce procès, la Cour de cassation a saisi le Conseil constitutionnel d’une « Question prioritaire de constitutionnalité » (QPC). Dans sa décision du 20 mars 2015, le Conseil constitutionnel a jugé que la loi obligeant des parents à faire vacciner leurs enfants n’était pas contraire à la Constitution.

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Numéro 2

Se positionner

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Quelle est votre opinion avant de lire cet article ?
LE « POUR »

Pour la vaccination obligatoire

Billet rédigé par :

Coralie Briand

Médecin, interne en pédiatrie à Paris

En me vaccinant, je me protège, je te protège, je nous protège… Des millions de vie ont pû être sauvées depuis l’invention de la vaccination. Pourtant plus d’un quart des adultes ne connaissent pas la nature de leur dernière vaccination et près d’un français sur 5 pense ne pas être à jour de ces vaccinations. Grâce aux vaccins, certaines maladies telles que la diphtérie ou la poliomyélite ont disparues en France.

Certains parents sont réticents à vacciner leurs enfants. Rappelons qu’une infection virale banale expose le système immunitaire de l’enfant à un nombre d’antigènes bien plus important que les vaccins. Prendre le risque de ne pas vacciner son enfant, c’est prendre le risque d’une infection grave qui aurait dû être évitée. En vaccinant, on peut protéger l’enfant d’une méningite à méningocoque ou à pneumocoque qui peut être mortelle, d’une infection à Haemophilus influenzae de type b qui peut induire un retard mental, d’une poliomyélite pouvant entrainer une paralysie, d’une infection par le VHB pouvant entrainer un cancer du foie, d’une rougeole qui peut tuer, comme l’ont montré les épidémies de rougeole récentes en Europe, etc.

C’est la couverture vaccinale globale par effet d’immunité de groupe qui protège l’individu. Pour cela, un maximum d’individus doit être vacciné. Retirer le caractère obligatoire de la vaccination par le DTP (Diphtérie Tétanos Poliomyélite), c’est prendre le risque d’une moins bonne couverture vaccinale, par refus à tort de certains patients qui pourraient penser qu’il devient moins important.

Pour protéger nos enfants, rendre les vaccins non obligatoires ouvre la porte à des choix et des comportements inadaptés par manque de connaissances précises sur le sujet.

Depuis toujours, une minorité de patients et même parfois  de professionnels de santé s’opposent à tort à la vaccination, se basant sur la crainte d’effet secondaire grave.  A tort, parce qu’aucune étude scientifique sérieuse n’a prouvé de lien entre le vaccin contre la rougeole et l’autisme, entre le vaccin contre l’hépatite B et la sclérose en plaque ou entre Gardasil et maladies auto-immunes. Il ne faut pas confondre coïncidence épidémiologique et lien de cause à effet. Certaines maladies sont plus fréquentes à des âges concernés par le calendrier vaccinal, sans que cela doive être interprété comme un lien causal. Quant au risque de réaction allergique aiguë post vaccinale, il est extrêmement faible, alors que le risque de développer la maladie en l’absence de vaccination est bien plus important.

Plutôt que de craindre les effets des vaccins, pensons plutôt aux effets des maladies qu’ils protègent.

LE « CONTRE »

Pour la levée de l'obligation vaccinale

Billet rédigé par :

Daniel Floret

Professeur Emérite à l'Université Claude Bernard Lyon 1. Président du Comité Technique des Vaccinations/ Haut Conseil de la Santé Publique

Les obligations vaccinales pour les enfants, concernent la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite ont été introduites respectivement en 1938, 1940 et 1964. L’évolution de l’épidémiologie de ces maladies et de la société justifient un réexamen, d’autant qu’en Europe seules la France et l’Italie ont de telles obligations sans bénéficier de couvertures vaccinales meilleures.

L’obligation vise la diphtérie et la polio qui ont disparu de notre pays et le tétanos qui est devenu très rare. Ces résultats ont été obtenus grâce à la vaccination (notamment la pratique de rappels chez l’adulte, pourtant non obligatoires) qu’il convient de poursuivre mais ne permettent pas de justifier un gradient d’importance entre ces vaccins et d’autres, « seulement recommandés » ciblant des maladies beaucoup plus présentes et tout aussi graves (coqueluche, hépatite B, papillomavirus…). Actuellement, ces vaccins sont pourtant vécus comme moins importants que les vaccins obligatoires.

Alors que les anglo-saxons ont adopté la clause de conscience permettant de s’exempter de la vaccination pour des motifs médicaux, religieux ou philosophiques, l’obligation vaccinale peut être vécue comme une atteinte aux libertés individuelles et sembler paradoxale au regard de la loi permettant à toute personne de refuser des soins. Les contraintes apparaissent comme un stimulant pour les ligues anti-vaccinales.

Les vaccins combinés qui réduisent le nombre d’injections sont un progrès considérable. Les vaccins utilisés chez l’enfant associent les valences obligatoires et non obligatoires, ce qui rend le système peu lisible. Par ailleurs, les familles sont légitimes à ne vouloir que les vaccins obligatoires, ce qui est difficile en l’absence de disponibilité, dans le système habituel, de vaccin ne contenant que ces trois valences.

La crainte d’une chute des couvertures vaccinales suite à une levée de l’obligation doit être entendue. Celle-ci n’est pas inéluctable : en Italie, la Vénétie a suspendu l’obligation vaccinale en 2008 et la baisse de la couverture vaccinale observée dans cette région a été très modérée et non différente de celle enregistrée dans les régions qui ont conservé l’obligation.

L’objectif est finalement de rendre plus transparente la politique vaccinale, d’affirmer que tous les vaccins inscrits au calendrier vaccinal sont d’importance égale et qu’ils doivent être administrés. Cet  objectif devrait être atteint par la persuasion et non par la contrainte.

Quelle est votre opinion maintenant ?


S’engager


3 Commentaires

image user Ajoutez un argument POUR Argument POURPOUR
Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
  • Effectivement, il faut éduquer les patients pour lutter contre cette théorie du complot. Le seul moyen de lutter contre la bêtise et la manipulation est l'éducation, et malheureusement, trop de gens se font prendre à cette lubie que serait un grand complot mondial des entreprises pharmaceutiques qui nous veulent du mal et des chercheurs qui sont payés par elle. C'est décidément bien généralisé pour que dans le monde, aucune étude scientifique n'ait trouvé quoi que ce soit de négatif dans les vaccins. Aujoud'hui, aucune étude ne permet d'affirmer qu'un vaccin peut faire mourir. Mais le premier venu peut l'affirmer sans preuv...Lire la suite

    • Éduquer ne veux pas dire surprotéger car les conséquences sur les enfants sont similaire à celles dû au manque de soins, renseignez vous. Il est temps de se réveiller

  • Ajoutez un argument CONTRE Argument CONTRECONTREimage user
    Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
  • Une très grande hypocrisie qui va éclater à la figure des financiers de la santé. Je connais de nombreuses personnes et moi-même ayant eu des symptômes lourds de la grippe (forte fièvre) suite au vaccin contre l'hépatite B. Si jouer avec la santé des futurs génération devient la cible des ses insensés, vous verrez le pays se vider, les familles quitterons le pays. Nul part ailleurs une mesure , aussi risqué n’a même été débattue. A vous qui parlez sans savoir, journalistes inculte et incapable de défendre vos propre intérêts. Nous n'avons pas besoin qu'on nous enseigne à propos sur notre liberté, ni de votre tutelle é...Lire la suite