Faut-il arrêter de manger de la viande pour sauver la planète ?

Numéro 1

S’informer

Quels animaux se cachent derrière le terme viande ?
Quelle est notre consommation actuelle en France et à l'international ? Et quid de la production ?
Pourquoi on en parle en ce moment ?

Numéro 2

Se positionner

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Quelle est votre opinion avant de lire l'article ?
LE « POUR »

Agir efficacement : végétalisons nos assiettes

Billet rédigé par :

Brigitte Gothière

Cofondatrice et porte-parole de L214
http://www.L214.com

Si l’aspect éthique est généralement, à juste titre, le premier argument qui s’impose pour questionner notre rapport à la viande, l’urgence écologique est également indissociable de notre consommation de produits animaux. Sauver la planète est un objectif qui peut sembler bien ambitieux au regard de la croissance de la population mondiale et de notre consommation effrénée des ressources. Pour autant, nous ne sommes pas à court de solutions pour limiter notre impact : végétaliser notre alimentation en fait partie.

Pollution, changement climatique, répartition des ressources… L’élevage intensif est souvent pointé du doigt comme le seul coupable. Or, qu’importe le mode d’élevage, le problème reste le même. Les animaux sont par exemple de mauvais convertisseurs de protéines : il faut en moyenne 3 kilos de protéines végétales comestibles par l’humain pour produire un kilo de protéines animales[1]. En pratique, cela signifie que seul un tiers des protéines produites par les cultures destinées aux animaux d’élevage se retrouve effectivement dans nos assiettes : un détour de production particulièrement inefficace à l’heure où près de 800 millions de personnes souffrent de malnutrition.

Autre exemple : la production de viande est l’une des sources majeures d’émissions de gaz à effet de serre. Selon les Nations Unies, l’élevage dans son ensemble serait responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre, soit davantage que les émissions directes du secteur des transports[2]. Et c’est sans compter l’aquaculture et la pêche !

La production de viande est aussi très gourmande en eau : si l’on compte l’eau douce utilisée et les eaux polluées par les procédés de production, il faut 4 100 litres d’eau pour avoir un kilo de protéines végétales issues des légumineuses, contre 6 100 pour les poulets et 10 300 pour les cochons[3] ! Alors que l’OCDE et l’ONU ont récemment tiré la sonnette d’alarme sur les difficultés à venir pour approvisionner les habitants de la planète en eau potable, peut-on se permettre un tel gaspillage ?

Face à l’accélération sans précédent du réchauffement climatique et à la raréfaction des ressources, la consommation de viande apparaît comme un véritable luxe. Un luxe que nous devons collectivement remettre en question. Heureusement, il n’a jamais été aussi facile de se tourner vers une alimentation végétale : plus respectueuse de l’environnement et des animaux, elle est également équilibrée, diversifiée et savoureuse. Pourquoi donc ne pas se lancer maintenant ?

Références :

[1] Mottet et al., FAO, 2017

[2] FAO, Tackling climate change through livestock, 2014

[3] Mekonnen and Hoekstra, 2012

LE « CONTRE »

MOINS et MIEUX !

Billet rédigé par :

Anne Vonesch

Animatrice du Collectif Plein Air
http://collectifpleinair.eu/

Le Collectif Plein Air milite pour le « MOINS et MIEUX » en matière d’élevage. Il en faut MOINS pour rétablir des cycles équilibrés de l’azote et du carbone et mettre fin à la déforestation. L’Europe utilise 282 Mt de céréales dont 173 Mt pour l’alimentation animale : c’est trop, et cela entretient l’usage des pesticides.

Mais faut-il arrêter toute consommation de produits carnés et laitiers ? Non. Il est possible de continuer à manger de la viande tout en respectant l’environnement. Sept explications à cela :

1. L’essentiel est la baisse globale de la consommation. Que chacun décide de sa part.

2. L’accompagnement politique est déterminant. Sinon l’export compense la baisse chez nous.

3. Des éleveurs respectueux de leurs animaux, il y en a. Il faut les soutenir.

4. Diverses études prospectives examinent les relations entre régime alimentaire et utilisation des terres : combien d’hectares de cultures ? de pâturages ? de forêts ? pour la biomasse ? Afterres 2050, concernant la France, postule une division du cheptel par deux. Agrimonde-Terra conclut que pour notre planète, avec 9,7 milliards d’habitants en 2050, plus on consommera de produits d’origine animale, plus il y aura de déforestation. Le seul scénario pouvant assurer la sécurité alimentaire serait celui d’une alimentation saine, très diversifiée. Le régime le plus sain prévoit 13 % de calories animales pour 2750 à 3000 kcal. Or en 2006 la disponibilité en France était de 36 % de calories animales pour 3500kcal !

5. L’abandon de la compétition alimentaire entre les animaux d’élevage et les hommes laisse les ruminants à l’herbe (indigeste pour l’homme), et tolère l’alimentation de porcs et de volailles (recycleurs par nature) par des sous-produits et co-produits non consommés par l’homme.

6. Les prairies stockent du carbone et protègent l’eau. Les plus extensives sont les plus riches en faune et flore. Mais la suppression ou l’extension de l’élevage à l’herbe conduisent au labour de prairies et/ou à la déforestation – ce n’est pas bon.

7. Les acteurs de l’élevage industriel préconisent l’intensification : ce serait bon pour la planète que les animaux produisent encore plus, tout en mangeant moins. Cette croissance-là ne respecte rien, sauf les profits des industries en amont et en aval. C’est une réaction saine et sage de la part des végétariens, de vouloir mettre fin à la grande débauche. La reconnaissance de la sensibilité, de l’intelligence et des besoins des animaux fait partie intégrante du respect de notre planète.

Soyons exigeants sur le MIEUX en matière de bien-être des animaux d’élevage : à cet effet, assurons des prix justes pour le respect du vivant.

Références :

Food Climate Research Network, Grazed and confused

http://collectifpleinair.eu/quel-avenir/animaux-delevage-plus-ou-moins/

Quelle est votre opinion maintenant ?

Et si la solution était ailleurs ?

Billet rédigé par :

Nathalie RollandNathalie Rolland

Chercheuse, acceptation sociale de la viande cultivée, Maastricht University, Pays-Bas

Arrêter la viande conventionnelle pour aller vers la viande cultivée, produite d’une manière plus durable

La production conventionnelle de la viande pose, en plus de problèmes éthiques, de nombreux problèmes environnementaux. En effet, l’élevage utilise 30 % des terres non recouvertes de glaces, 8 % de l’eau douce, et produit 18 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre [1]. Parmi ces gaz à effet de serre, les émissions de méthane (plus puissant que le CO2) issues de l’élevage viennent d’être revues à la hausse de 11 % par rapport à une précédente estimation [2]. L’élevage est aussi l’un des principaux responsables de la déforestation, de la dégradation des habitats naturels et de l’eutrophisation des écosystèmes aquatiques (prolifération d’algues consommant l’oxygène de l’écosystème et l’asphyxiant) [3]….

»Lire

 
La demande mondiale de viande s’accélère, principalement dans les pays en développement, et devrait avoir doublé en 2050 [4]. Répondre à cette demande avec la production de viande conventionnelle doublerait donc ces impacts négatifs sur la planète.

Adopter une alimentation végétale permet d’éviter ces problèmes mais une solution existe aussi pour les amateurs de viande : la viande cultivée. Cette viande, encore en cours de recherche dans différents pays, ne demande pas que les animaux soient élevés dans des conditions qui ne satisfont pas leurs besoins biologiques, ni qu’ils soient tués. Quelques cellules leur sont simplement prélevées, puis ces cellules sont mises en culture avec des nutriments jusqu’à ce qu’elles se développent et qu’on obtienne du muscle et donc de la viande. Plusieurs types de viandes, qui ne sont pas encore commercialisées, ont déjà été créés, comme du bœuf, du poulet, du canard, de la dinde, du poisson, etc. Ces viandes sont développées pour avoir les mêmes qualités gustatives que la viande conventionnelle. Cette technique de production, en plus de présenter des avantages pour la santé grâce à un plus grand contrôle de la production et la non utilisation d’antibiotiques et d’hormones, sera produite d’une manière beaucoup plus durable que la viande conventionnelle. En effet la production de la viande cultivée devrait émettre de 78 à 96 % de gaz à effet de serre en moins, demandera 99 % moins de terres et de 82 à 96 % moins d’eau que la production de viande conventionnelle. Des études montrent que cette production pourrait aussi demander moins d’énergie [3]. N’étant plus utilisées pour l’élevage, certaines terres pourraient retourner à l’état naturel, fournissant des habitats pour les animaux sauvages, dont 50 % d’entre eux ont disparu depuis 40 ans [5]. Ainsi, l’intérêt pour cette nouvelle viande grandit et la Chine vient par exemple d’investir 300 millions de dollars dans cette technologie afin de produire de la viande plus durablement.

Références :

[1] FAO, Livestock ’s Long Shadow – Environmental Issues and Options, Food and Agricultural Organization of the United Nations : Rome, 2006.
[2] Julie Wolf, Ghassem R. Asrar and Tristram O. West, Revised methane emissions factors and spatially distributed annual carbon fluxes for global livestock, Carbon Balance and Management, 2017.
[3] Tuomisto H L, de Mattos M J T, 2011, Environmental impacts of cultured meat production, Environmental Science & Technology, 45, 6117–6123.
[4] FAO, The state of food and agriculture (Report) (Rome), 2009.
[5] Rapport WWF, 2016.

»Replier



S’engager

LE « POUR »

LE « CONTRE »


Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Faut-il arrêter de manger de la viande pour sauver la planète ?"

Me notifier des
avatar
Victor
Invité

Sujet très intéressant en tout point !
Les deux articles qui sont mis en opposition sur l’arrêt de la viande dans notre alimentation ont pour mon point de vue là même philosophie : réduire la consommation de viande et donc d’énergie. Donc ces deux articles ne peuvent pas être définis comme « pour » et « contre » car leur idée de base est la même.
La conclusion est que le sondage ne colle pas avec les articles car les deux textes sont d’accord sur le fait qu’arrêter ou réduire la consommation de viande peut sauver la planète.

Pierre
Invité

Je rejoins Victor sur le « contre » et le « moins contre »
Néanmoins, pour être objectif, chaque point de la défense du tout végétal peut lui être retourné:
– Besoin d’irrigation intense pour les plantes.
– Plantes OGM existant en masse (pas encore chez les animaux).
– Besoin de produits phyto-sanitaires en quantité pour les plantes.
– appauvrissement des terres.
etc etc…
Rester mesuré et proposer une réduction de la consommation, tant végétale qu’animal, semble bien plus logique pour « sauver la planète ».

Emmanuel
Invité

Point par point :
• Irrigation intense : argument fallacieux, baisse significative d’utilisation de ressources en eau, en comparaison de celles dues à l’élevage. Il faudra toujours de l’eau pour faire pousser des plantes. Bravo, vous avez raison, l’eau est nécessaire.
• Animaux alimentés aux OGM, farines animales, antibiotiques, supplémentés en B12, vitamines diverses, etc. Et les OGM ne sont pas systématiquement nocifs (je ne suis pas pour non plus, mais c’est bien plus compliqué que ça).
• Besoin de produits phyto-sanitaires : déchets animaux polluant les nappes phréatiques, innombrables possibilités de cultures saines du fait de techniques différentes permaculture, renouvellement des sols, et mêmes les OGM, TIENS TIENS).
• Appauvrissement des terres : ha bon ? Sur une mauvaise gestion des cultures, oui. Avec quelqu’un qui connait son métier, pas du tout.
Ces arguments sont tellement génériques qu’on pourrait les réutiliser pour beaucoup de choses. Au final, rien de convaincant.

Pierre
Invité
Réponse également: « baisse significative d’utilisation de ressources en eau » ou avez vous cela? Arpentez vous les rivières pour ne pas vous rendre compte des points de captage? Les retenues collinaires se sont multipliés ces dernières années. Et pas pour faire joli ou abreuver les chevreuils. « OGM non nocifs » Pas encore de preuve non plus, mais au moins nous sommes contre tt les deux. « Besoin en produits phyto ». Je milite pour la permaculture et la BIO, sauf qu’elle ne représente aujourd’hui que 5% de la prod Française; donc on a toujours des tonnes de chimie dans nos champs. « Appauvrissement des terres »: des tonnes de chimies qui détruisent tout à commencer par la vie microbienne. Bref, il me semble stérile de dire élevage = pas bon et cultures = bon. L’élevage extensif tout à l’herbe ne fait clairement pas de mal à qui que ce soit; tout comme un beau design permacole… Read more »
haziza
Invité

je ne vois pas l’interet de mettre ces deux articles en opposition car ils decoulent tous deux du meme constat de base;la planete ne peut pas continuer a ce rythme……expliquez moi donc

Margherita
Invité
Oui l’idée de base est la même, mais comment pourrait -il en être autrement puisque tous les sondages et professionnels de l’écologie démontrent et argumentent sur la nécessité écologique de préserver l’environnement en supprimant l’élevage animal. Par ailleurs n’est t’il pas nécessaire de faire le simple constat que de nos jours les industriels de l’agro alimentaire se sont infiltrés pour des raisons d’intérêts économiques certains dans la niche commerciale des alternatives à la viande, sans parler des diverses et très nombreuses associations internationales végétariennes, végétariennes et végans qui partent depuis toujours du principe de basse qu’il est superflu et parfois barbare de se nourrir de protéines animales alors que les protéines végétales existent et qu’elles sont sanitaire ment plus sécures pour la préservation de l’environnement et pour la santé de l’espèce humaine. Outre l’attrait pour l’ exploitation des espèces animales d’élevage et celles qui sont en voix de disparition, il… Read more »
Nicolas
Invité
Je partage aussi l’impression que les avis que les 2 avis contraires sont en fait similaire. L’avis contre devrait mettre en avant les bienfaits d’une alimentation carnée et proposer d’en maintenir ou augmenter la consomation. Les arguments sont nombreux: – Simplicité, variété et équilibre du régime alimentaire sans dépendre de de procédés industriel et chimiques pour compenser les carences (ex la vitamine B12), – Richesses des nutriments présent dans la viande, en particulier les protéines favorisant le sentiment de satiété et limitant du coup les risques d’obésite ou de prise de poids. – La décourverte du terroir, des traditions et des plaisirs culinaires. – Acceptation de notre propre nature animale et de prédateur. L’aggriture intensive est quand à elle nécessaire. Sans elle, une bonne partie de la population humaine mondiale mourrait par manque de nourriture. Seuls les plus aisés pourraient manger à leur faim et les inégalitées seraient encore creusées… Read more »
Pinailleur
Invité
Je me permets d’ajouter une remarque que visiblement personne ne connait, et comme c’est un argument qui est utilisé de travers j’aime mieux le clarifier. Les protéines sont composés d’acides aminés, certains sont « essentiels » car l’organisme ne peut pas les synthétiser. Ils sont neuf dans ce cas, et rien que pour cette raison, une personne lambda sera en meilleure santé en mangeant de la viande que pas du tout (au sens décris en début d’article). On parlera des carences de ceux qui ne font pas attention à ces choses là dans quelques années… Mais, pourquoi j’ai dit lambda ? Ou plutôt, qu’entends-je par là ? Eh bien cela inclut beaucoup de personnes de mon entourage : des gens qui cuisinent presque pas, se font des pâtes ou du riz, viande et parfois un légume. Et donc pour des gens comme ça, c’est encore plus dangereux pour leur santé… Read more »
wpDiscuz