Prostitution : faut-il pénaliser les clients ?

Débat sur la prostitution

Numéro 1

S’informer

Quelle est la situation aujourd'hui en France ?

En 2003, le Gouvernement de Jacques Chirac a réinstauré le délit de « racolage passif ». La prostitution est légale, en revanche le racolage devient illégale : les prostituées qui tentent d’attirer des clients sur la voie publique même par « une attitude passive » peuvent écoper jusqu’à deux mois d’emprisonnement et 3 750 euros d’amende.

En décembre 2013, les députés socialistes ont voté en faveur d’un projet de loi visant à abroger le délit de racolage et instaurant la pénalisation des clients notamment par une amende de 1 500 euros. Mais le 20 mars dernier, ce texte a été rejeté par le Sénat, majoritairement à droite, ce qui réintègre donc le délit de racolage et supprime la pénalisation des clients de prostitués.

La navette parlementaire va suivre son cours : le texte devrait repartir prochainement en deuxième lecture à l’Assemblée nationale. Si les deux chambres n’arrivent pas à trouver un compromis, ce sont les députés qui auront le dernier mot.

Combien de personnes se prostituent en France ?

Difficile de répondre à cette question compte-tenu de la multitude de forme que peut prendre la prostitution et de l’absence d’étude d’ensemble.

L’Office Central pour la Répression de la Traite des Êtres Humain (OCRTEH) est un organisme public chargé de centraliser tous les renseignements sur la prostitution en France et à l’international. L’OCRTEH estime entre 18 000 et 20 000 le nombre de personnes prostituées en France. Toutefois, ce chiffre est contesté par plusieurs organismes et associations pour qui ce chiffre semble particulièrement faible en comparaison de celui constaté dans d’autres pays européens. Par exemple en Allemagne (où la législation est particulièrement libérale), on compterait près de 500 000 personnes prostituées.

Qu'en est-il en Europe ?

La situation est très variée au sein de l’Union européenne. Alors que certains pays comme la Suède, la Norvège ou la Lituanie ont décidé de rendre totalement illégale l’achat de services sexuels, d’autres ont choisi d’autoriser et de réglementer l’activité (Allemagne, Pays-Bas, Danemark, Grèce et Suisse). En Suisse, la prostitution est même considérée comme une activité économique à part entière.

Enfin dans d’autres pays, la législation est particulièrement floue. En Espagne et au Portugal par exemple, la prostitution n’est ni interdite ni réglementée.

Numéro 2

Se positionner

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Quelle est votre opinion avant de lire l'article ?
LE « POUR »

Oui à la pénalisation du client

Billet rédigé par :

Anne-Yvonne Le Dain

Députée PS de l'Hérault
http://www.ayledain.fr/

Je n’ai jamais rencontré personne qui remplisse la fiche scolaire de son enfant en écrivant “prostituée” à la case “profession”. Je n’ai jamais rencontré aucun homme présentant à ses amis son épouse prostituée. Je n’ai jamais rencontré une prostituée qui me dise : “j’ai choisi et j’aime ce métier ”. J’en ai parfois rencontrées qui me disent “je fais ce métier et je l’assume”. C’est différent de “je fais ce métier et j’en suis fière”. Voilà, la prostitution n’a rien de banal.

 

Qu’attend-on de la prostitution, qui concerne majoritairement les femmes ? Par l’argent, on achète un morceau de leur corps, généralement un orifice. Par l’acte, on touche au reste du corps et à l’esprit qui l’anime. Mais qui a dit que le corps humain appartenait au secteur marchand ?

 

La prostitution s’épanouit là où la misère financière, sociale, morale existe. Elle n’est pas l’expression d’un désir mais bien celle d’un besoin pécuniaire. La prostitution n’est rien d’autre que la subordination subie du sexe dit faible par le sexe dit fort, l’argent, le pouvoir.

 

Dès lors, faut-il pénaliser les clients de la prostitution ? Bien sûr. Je pense que payer pour utiliser le corps de quelqu’un d’autre est un délit. Le soi-disant consentement est en fait forcé, souvent sous la pression de réseaux mafieux originaires d’Europe de l’Est et d’Afrique. Elle se développe aussi dans les milieux universitaires, pour payer les études, pour partir de chez soi où le chômage rode.  Il arrive de plus en plus souvent que des jeunes filles soient des victimes “bénévoles” de lycéens, qui trouvent normal d’utiliser le corps d’une fille. L’accès simple à la pornographie y contribue largement.

 

La pénalisation du client rappelle qu’une femme est un être humain, une conscience, et que ni son corps ni son usage ne sont à acheter. L’asservissement tarifé du corps pour le plaisir n’est pas un progrès mais une complaisance facile dans le dit « plus vieux métier du monde ». L’Histoire a bon dos, car le propre de l’Homme n’a-t-il pas toujours été de déplacer la condition humaine ?

 

La pénalisation du client rappelle que l’égalité homme-femme n’a pas vocation à être un vain mot inscrit sur les tables de la Loi. C’est une culture du respect et un rappel pour dire que le corps, qu’il soit d’homme ou de femme, est celui d’un être humain et qu’il n’est pas et plus à vendre.

 

C’est le prix à payer pour la liberté et la dignité.

 

LE « CONTRE »

Tarir la demande, c'est réduire le pouvoir des travailleuses du sexe

Billet rédigé par :

Morgane Merteuil

Porte-Parole du STRASS - Syndicat du travail sexuel
http://strass-syndicat.org/

Parce que son but avoué est bien de « tarir la demande »1, la pénalisation des clients consiste à s’en prendre directement aux revenus des travailleuses du sexe. Mais parce que ni le Gouvernement, ni les associations abolitionnistes n’ont les moyens de compenser cette perte de revenus, « tarir la demande » ne résoudra certainement pas les problèmes de précarité de nombreuses travailleuses du sexe.

 

Au contraire, ayant plus de difficultés à trouver des clients, elles seront d’autant plus défavorisées dans le rapport de force face à leurs clients : une réduction du nombre de clients, c’est avant tout une réduction des marges de manœuvre, souvent déjà faibles, qui leurs permettent de refuser certaines conditions de travail, certains clients ou certaines pratiques (non protégées par exemple).

 

Parce qu’elle maintient une pénalisation sur le travail sexuel, la pénalisation des clients risque ainsi de pousser les travailleuses dans des lieux plus cachés, où elles sont plus isolées, où le risque d’agressions est accru.

 

Plus de dix ans de loi sur le racolage devraient nous permettre d’être pleinement conscients des conséquences terribles d’une telle répression. Certaines organisations d’ailleurs ne s’y trompent pas : le Planning Familial, Aides, Médecins du Monde, le Syndicat de la Magistrature, et une centaine d’autres ont pris position contre cette proposition 2. Pour ces organisations, comme pour le STRASS, et contrairement à d’autres, il ne s’agit pas d’opposer les travailleuses du sexe entre elles, selon qu’elles auraient choisi ou pas ce travail, qu’elles mériteraient ou non d’être sauvées.

Au contraire, il s’agit d’affirmer que la répression nuit d’autant plus aux travailleuses du sexe que celles-ci sont déjà rendues vulnérables par leurs conditions de vie et de travail (parce qu’elles sont sans papiers, qu’elles sont exploitées par un tiers, ou qu’elles ont des dettes à rembourser).

 

Et c’est bien dans cette direction que devrait se diriger toute loi qui prétend aider les travailleuses du sexe : vers des mesures non pas stigmatisantes et pénales, mais transversales et sociales.

 

Quelle est votre opinion maintenant ?


S’engager


3 Commentaires

image user Ajoutez un argument POUR Argument POURPOUR
Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
  • La prostitution n’est pas quelque chose d’anodin. Elle a beaucoup de ressemblances avec l’inceste ou avec une emprise (drogue, secte) dans les dégâts psychologiques qu’elle fait subir aux femmes. Payer pour des services sexuels c’est prendre un être humain pour un objet, comme le dit bien dsk un « matériel ». La pénalisation des clients (eux aussi sous emprise), c’est une mesure pédagogique qui vise à faire comprendre aux hommes (et aux femmes prostituées) que lorsqu’ils utilisent une femme, ce n’est pas normal. Ils le savent en réalité, puisqu’ils s’en cachent, mais ce n’est pas la même chose que si la loi leur dit que c’est interdit. L’esclavage aussi était tout à fait normal à une époque.

  • Ajoutez un argument CONTRE Argument CONTRECONTREimage user
    Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
  • Pascale : tout d'abord, la prostitution touche majoritairement les femmes, mais elle touche aussi les hommes. Ensuite, il est difficile de généraliser, qu'il s'agisse des prostituées ou des clients. Parmi les personnes qui sont consultant en stratégie, c'est-à-dire qui viennent de l'extérieur dans une entreprise pour la dégraisser, j'en connais peu qui ne s'en cachent pas. Ils ne forment qu'une partie des consultants et n'en sont pas forcément représentatifs.. Des personnes qui ont pour activité le rachat intensif d'entreprise pour la vider de sa substance et puis s'en débarrassent après avoir licencié un grand nombre d'e...Lire la suite