Les emplois aidés sont-ils efficaces ?

Pole emploi chomage

Numéro 1

S’informer

Qu'est-ce qu'un emploi aidé ?
Un emploi aidé, ou un contrat aidé, est un contrat de travail destiné aux personnes les plus éloignées de l’emploi. Leur embauche est encadrée par des textes de lois, et appuyée par une aide financière de l’Etat (d’où le nom d’emploi aidé).

Ils regroupent différents types de contrats :

  • Le contrat unique d’insertion – contrat d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE), pour le secteur non-marchand (association, ONG, fonction publique, etc.)
  • Le contrat unique d’insertion – contrat initiative emploi (CUI-CIE), pour le secteur marchand
  • Le contrat starter et les emplois d’avenir, à destination des jeunes spécifiquement.
Que prévoit le gouvernement à propos des emplois aidés ?
Le nombre d’emplois aidés a beaucoup augmenté en France au cours de ces dernières années.

Fin août, le Gouvernement a annoncé qu’il allait réduire l’enveloppe dédiée aux contrats aidés, en limitant le nombre de contrats aidés à 200 000 pour 2018 (contre 320 000 en 2017), ainsi que le taux de prise en charge par l’Etat, au motif qu’il les jugeait « trop coûteux » et « peu efficaces » pour lutter contre le chômage.

Pourquoi on en parle en ce moment ?
L’annonce du Gouvernement a provoqué de très nombreuses réactions, principalement de la part des collectivités et associations, qui ont souvent recours aux contrats aidés.

La Ministre du Travail Muriel Pénicaud a déclaré : « Il ne s’agit pas de supprimer les contrats aidés, mais d’en optimiser l’efficacité en les ciblant en priorité vers les bénéficiaires les plus éloignés du marché du travail et là où ils sont indispensables à la cohésion sociale et territoriale de notre pays », tout en maintenant le cap du Gouvernement pour diminuer le nombre global de contrats aidés.

Numéro 2

Se positionner

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Quelle est votre opinion avant de lire ce débat ?
LE « POUR »

Les contrats aidés sont vraiment utiles

Billet rédigé par :

Gilles Ducassé

Délégué Général Adjoint Emmaus France
http://emmaus-france.org/

Emmaüs France s’oppose à la baisse drastique du nombre de contrats à la fois sur la forme de cette décision mais surtout sur le fond.

La forme, c’est une absence totale de concertation du gouvernement en amont de la décision et de nombreuses déclarations dans la presse, très mal reçues par les acteurs qui ont entendus qu’ils coûtaient chers et ne servaient à rien !

Le fond, c’est d’abord un désaccord sur l’analyse de l’inutilité des contrats aidés concernant le retour à l’emploi des bénéficiaires. L’étude de la Dares*, citée régulièrement pour justifier cette baisse, est beaucoup plus mesurée lorsqu’on prend le temps de lire celle-ci entièrement. Cette dernière, qui s’appuie sur le suivi d’une cohorte de personnes en contrats aidés en 2005  ne différencie pas le type d’employeur ni les secteurs d’activités alors que les pratiques et l’accompagnement proposé peuvent-être très différents. Nos structures ayant recours à des contrats aidés, ont mis en place, sur leurs fonds propres, un accompagnement des salariés visant à travailler à la levée des freins à l’emploi et obtiennent de très bon résultats.

Les impacts n’ont pas été anticipés

Le fond, c’est également ne pas avoir anticipé et estimé les impacts concrets de cette décision sur le quotidien de nombreuses personnes, qu’elles soient bénéficiaires d’un contrat aidé ou de services rendus par des associations employeuses. Nous n’avons aucun problème à discuter du bien-fondé d’une politique ou d’un dispositif s’il s’agit de trouver d’autres solutions plus efficaces. Dans ce cas de figure, il n’y a aucun échange préalable, ni aucune solution à court terme proposée pour les personnes éloignées de l’emploi, ni de propositions alternatives pour permettre aux structures de se transformer et d’avoir le temps nécessaire pour cela.

Concrètement pour notre mouvement ce sont plus de 600 contrats aidés tous les ans, soit dans le cadre de création d’emplois visant à être pérennisés, soit dans le cadre d’une activité d’insertion. Les structures ont augmenté le nombre de leurs salariés du fait du développement de leurs activités, mais aussi du fait d’une forte sollicitation des préfets en 2015 et 2016 les incitant à poursuivre leurs actions d’insertion d’un public éloigné de l’emploi sur leurs territoires. De nombreuses structures du mouvement se retrouvent fragilisées voire fortement mises en danger par cette situation.

Nous allons contribuer à l’élaboration d’un nouveau dispositif répondant aux besoins de chaque partie prenante mais au préalable nous avons besoin de sécuriser nos structures et surtout d’offrir suffisamment de réponse pour un public éloigné de l’emploi en 2018.

LE « CONTRE »

Contrats aidés : ayons le courage de réformer !

Billet rédigé par :

Jean-Marc Zulesi

Député (LREM) de la 8ème circonscription des Bouches-du-Rhône
https://www.jeanmarczulesi.fr/

Je tiens tout d’abord à exprimer mon exaspération face à l’« amnésie » qui semble toucher plusieurs personnalités politiques. Ces apôtres de la lutte contre les déficits étaient nombreux à porter le programme présidentiel de M. Fillon, qui prévoyait de supprimer les contrats aidés. Aujourd’hui, ce sont les mêmes qui font mine de défendre le fondement même de ces contrats. Ils attisent les tensions.

Comme initialement prévu par l’ancienne majorité, les contrats aidés sont passés de 460.000 en 2016 à 280 000 « budgétés » pour 2017. Conscient des besoins urgents à combler et afin d’assurer une transition, le gouvernement a prévu 40.000 contrats aidés supplémentaires pour cette année.

Mais dès l’an prochain, le nombre de ces contrats baissera et nous l’assumons. Il ne s’agit pas de tailler aveuglément dans la dépense : les emplois aidés seront ciblés sur 4 priorités que sont l’accompagnement des élèves en situation de handicap, l’urgence sanitaire et sociale, l’Outre-mer et les communes rurales.

Pas la solution face au chômage de masse

Les milliards d’euros injectés dans les contrats aidés n’ont jamais fait la preuve qu’ils permettaient un retour pérenne vers le marché de l’emploi. A peine plus de la moitié, dans le secteur marchand, aboutissent à un emploi durable dans les six mois. Pire encore, ce « taux d’insertion durable » est seulement d’1/4 dans le secteur non marchand.

Ces emplois sous perfusion publique ne sont pas la solution face au chômage de masse. Ils alimentent une précarisation du monde du travail et les titulaires de ces contrats sont souvent les premiers à le regretter. Ils ouvrent la porte à une succession de petits boulots, qui empêchent de s’installer dans la vie. Trop souvent, ils sont utilisés pour masquer la hausse du chômage et favorisent des pratiques politiques clientélistes.

Au lieu d’investir dans le statut, investissons dans l’Homme. La clé pour assurer un avenir professionnel à notre jeunesse et permettre aux seniors de retrouver le chemin de l’emploi, c’est la formation professionnelle personnalisée. Celle qui permet d’acquérir les compétences, le savoir-faire, l’expertise sur les métiers d’aujourd’hui et de demain. C’est l’objet du plan de formation de 15 milliards qui sera dévoilé à l’automne.

Notre majorité investit sur le long terme, quitte à essuyer des critiques immédiates. Depuis des années, notre pays souffre de l’immobilisme. Le renouvellement politique décidé par les Français doit nous conduire à dépasser les critiques stériles et à affirmer des ambitions fortes pour notre pays.

Quelle est votre opinion maintenant ?


S’engager


1
Ajouter un argument

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Sibret Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Sibret
Invité
Sibret

Oui ils sont efficaces sans eux j’ai plus mon boulot