Plan climat Paris : interdire tous les véhicules essence et diesel dès 2030 ?

Numéro 1

S’informer

D'où vient cette proposition ?
Dans le cadre du Plan Climat Air Energie, la ville de Paris a émis environ 500 mesures destinées à lutter contre le changement climatique. Parmi elles, une mesure fait particulièrement débat : la proposition d’interdire tous les véhicules thermiques (soit à moteur essence ou diesel) dès 2030, et dès 2024 pour les diesel.

Qu'est-ce que le plan climat de la ville de Paris ?
Le « Plan Climat Air Energie » de Paris est la politique de lutte contre le changement climatique initiée par la Mairie de Paris en 2007, puis adopté de nouveau en 2012. Une nouvelle mouture est élaborée puis adoptée à l’unanimité en mars 2018 par le conseil de Paris. Il contient 500 mesures dans plusieurs domaines tels que les transports, l’alimentation ou encore les déchets. L’objectif ? Réduire les émissions de gaz à effet de serre et adapter le territoire aux évolutions du climat.

Pourquoi on en parle en ce moment ?
A l’initiative d’Anne Hidalgo, maire de Paris, se tient du vendredi 25 mai jusqu’au 3 juin 2018 une consultation citoyenne pour connaître l’engagement des habitants de la capitale au plan « Climat Air Energie ». Les parisiens âgés de 15 ans et plus, quelle que soit leur nationalité, sont ainsi invités à glisser des bulletins dans 115 urnes disposées dans Paris, ou à remplir un formulaire sur le site paris.fr.

Le débat ci-dessous fait partie des mesures proposées par le plan Climat Air Energie. Alors plutôt POUR ou CONTRE ? Découvrez les tribunes.

Sources : Sciences et Avenir, Agence Parisienne du Climat

Numéro 2

Se positionner

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Quelle est votre opinion avant de lire l'article ?
LE « POUR »

La voiture telle que nous la connaissons est déjà en train de disparaître

Billet rédigé par :

Olivier Blond

Président de Respire, association nationale pour l’amélioration de la qualité de l’air
http://www.respire-asso.org/

2030, c’est dans 12 ans. Alors regardons en arrière, il y a douze ans, en 2006. A l’époque, on se posait la question d’interdire la cigarette. Cela semblait une hérésie. Cela semblait impossible sans provoquer des émeutes. Aujourd’hui, même les fumeurs sont contents qu’il y ait des lieux protégés pour leurs enfants ou leurs proches.

Les enjeux sont similaires car les pots d’échappement rejettent des produits proches voire identiques à ceux de la cigarette. Et ils sont mortels. La cigarette tue 80 000 personnes par an en France. La pollution de l’air à peine moins : 48 000. Il faut agir !

Mais le parallèle va plus loin.

En 2006, l’iPhone n’existait pas, et qui aurait pensé qu’on pourrait regarder ses mails ou payer ses courses avec un téléphone ? AirBnb non plus, et l’idée de louer un appartement pendant quelques jours à un inconnu n’avait aucun sens. Pour ne prendre que ces exemples.

C’est un peu la même chose avec l’automobile. Interdire les voitures thermiques ? Les défenseurs de la voiture nous disent que c’est impossible. Mais ils regardent dans leur rétroviseur, ils sont nostalgiques d’un monde en train de disparaître. Car ils n’ont pas pris la mesure de la rapidité avec laquelle change le monde et en particulier les transports.

Aujourd’hui, la voiture telle que nous la connaissons est DÉJÀ en train de disparaître. Les véhicules électriques progressent rapidement. Les usages de la voiture évoluent aussi. Quand les voitures autonomes nous emmèneront toutes seules à notre destination, comme autant de taxis sans pilote, qui voudra encore passer son permis ? Et qui voudra encore s’endetter pour acheter une « caisse » qu’on pourrait louer pour quelques minutes ?

Dans douze ans, il faudra peut-être apprendre aux vieux conducteurs de Twingo à commander virtuellement leur véhicule comme il faut apprendre à nos grands parents à « cliquer sur le mulot ».

Finalement, le mot interdire est un peu trompeur. L’idée est plutôt d’encourager tout un ensemble d’alternatives qui sont déjà présentes, de favoriser un ensemble de transformations qui se passent déjà sous nos yeux – si on accepte de les voir.

En 2030, ou en 2035 ? on verra. Mais il faut un signe, une incitation… Et un peu comme une pichenette qui ferait s’écrouler un château de carte, il s’agit d’un petit coup de coude à un système qui est déjà en train de disparaître. Comme le disait Anne Franck : « La chose importante à garder en tête est qu’il ne faut jamais attendre une minute pour commencer à changer le monde. »

LE « CONTRE »

Quand la politique s’en mêle, elle s’emmêle…

Billet rédigé par :

Pierre Chasseray

Délégué général de l’association « 40 millions d’automobilistes »
https://www.40millionsdautomobilistes.com/

Interdire tous les véhicules thermiques en 2030 ? Lorsque la politique de la maire de Paris tombe dans la démagogie, il n’y a plus de limites. Il est vrai que ma très chère Anne Hidalgo ne manque ni de culot, ni d’humour lorsqu’elle annonce en grande pompe ses mesures inapplicables… Selon elle, plus de véhicule diesel en 2024 et plus aucun véhicule essence en 2030. Comment peut-on simplement imaginer la mise en place de cette politique ? Si encore on pouvait lui accorder une once de crédibilité sur le fond de sa démarche, comment ne pas s’apercevoir que 2030, c’est tout simplement dans 11 ans et demi, que 2024, c’est dans 5 ans et demi…

Au-delà même de la stupidité d’une telle mesure, c’est l’application même qui est mise à mal. Qui peut imaginer que la France roulera entièrement à l’électrique d’ici 5 ans ? Est-ce tout simplement possible ? Bien évidemment non. Que répondra la mairie de Paris aux 50 % de propriétaires parisiens de voitures qui seront condamnés à ne plus pouvoir sortir leur véhicule ? Que répondra la mairie de Paris à tous les habitants de banlieue ou de province désireux de venir diner en famille à Paris avec leurs enfants ?

Il devient absolument insupportable de voir qu’une minorité a décidé de « privatiser » les portes de la capitale, confondant ainsi Paris avec un jardin municipal.

Devons-nous rappeler à Anne Hidalgo que les péniches parisiennes sont elles aussi dotées de motorisations thermiques ? Alors que faire ? Interdire les péniches ? ? ? L’écologie, l’évolution d’une société vers des énergies plus propres, vers davantage de sobriété énergétique, ne se limite pas à des effets d’annonces. Au bilan, lorsque la raison s’envole au profit de postures politiques, il en ressort toujours davantage d’absurdités inapplicables. Et dans cet art, avouons-le, la mairie de Paris est passée Maître…

Quelle est votre opinion maintenant ?



plus
Ajoutez un argument POUR
Ajoutez VOTRE argument
Ajoutez un argument CONTRE
plus




S’engager


8 Commentaires

image user Ajoutez un argument POUR Argument POURPOUR
Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
  • Très inintéressante question. Au début je pensais "non interdire les véhicules thermiques d'ici 2030 n'est pas une bonne idée" car les gens n'ont pas tous l'argent pour acheter des voitures neuves. Mais en y réfléchissant, les voitures électriques d'aujourd'hui sont les voitures d'occasions de demain. Et d'ici 2030 il y aura encore plus de voiture électriques vendue, donc encore plus de voiture d'occasions. Et j'imagine qu'en plus de ces voitures d'occasions, les marques ferons (si les accords avec les politiques sont bien négocié) des réductions sur les voitures ou bien même créerons-elles des voitures pour les petit budgets....Lire la suite

  • Ajoutez un argument CONTRE Argument CONTRECONTREimage user
    Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
  • L'arrogance des propos de Pierre Chasseray ne lui rendent pas service. Et malgré la véracité du discours d'Olivier Blond, je peux ne que me mettre du côté de ceux s'opposent à cette proposition. Pourtant je n'ai plus de voiture depuis trois ans, j'utilise les transports au quotidien, et mon constat est le suivant : les transports sont déjà saturés entre 8h-10h et 17h-20h sur la plupart des lignes de métros et dans certains RER. L'offre permettant de s'émanciper de la voiture n'a pas évolué : c'est seulement 10 ans après les derniers travaux du métro 14 que l'on entame des travaux pour de nouvelles lignes, ou la modernisation de...Lire la suite

  • et le plaisir , que devient le plaisir de conduire (mais c est un autre débat). Plus de voiture , peut être, mais avant comment nos dirigeants vont ils gérer les salariés des milliers emplois qui vont être supprimés dans l industrie automobile car plus de vente d auto. D ailleurs mon diesel de 2012 (comme il devient invendable) je vais le garder jusqu a au moins 2024 au minimum. Je vais pas acheter une nouvelle voiture si dans 5 ans je n aurai plus droit de rouler avec.

    • @pamplemousse : Tu pourras toujours te déplacer en voiture, mais électrique !

    • Les voitures electriques ? Avec tous les composés ultra polluants contenus dans les betteries, la faible autonomie et les nouveaux réacteurs nucléaires a creer pour combler la demande qui va exploser avec la possible interdiction des voitures a essence et diesel d ici 2030, je vois mal en quoi c’est une bonne chose que de rouler en voiture électrique. L’hydrogène, pour proposer une solution, semble bien plus intéressant.

  • Quels moyens de substitution seront mis en place ?
    Mme Hidalgo prend-elle le metro ou le RER ?
    Quid des bus a moteurs thermiques ?
    Pour mettre en place une telle politique il faut commencer les travaux des maintenant , avec quels fonds ?
    Quand on voit qu’ils n’arrivent même pas a stopper Monsanto…
    80000 mort du tabac, 50000 de la pollution, 4000 sur les routes. Quels mesures ? Repression sur les routes…
    Bandes d’escrocs vendus aux lobbys, voila ce qu’ils sont.

    • Nous sommes trop nombreux sur terre ainsi cela fait une sélection certes pas naturel mais faut il ça où bien entré en guerre !?

    • Je ne pense pas que le problème soit "nous sommes trop nombreux sur terre", je fais confiance à l'ingéniosité humaine pour trouver des solutions (surtout quand sa vie en dépend), je pense qu'il faut en priorité examiner notre société pour comprendre pourquoi on se pose cette question. Comme les infos nous le rappellent souvent, on consomme trop, ou plutôt devrais-je dire certains pays consomment trop. Et la on rentre dans un débat qui peut durer très longtemps et soulever de nombreuses questions. Je ne pense pas que les morts en France fassent une différence majeure sur la "surpopulation" mondiale. Quand à "c'est ça ou bien ent...Lire la suite