Faut-il développer la pilule contraceptive masculine ?

Débat pilule contraceptive masculine
Crédits : yanal136

Numéro 1

S’informer

Qu'est-ce que la pilule contraceptive masculine ?

La pilule contraceptive masculine est un mode de contraception hormonale masculine. Elle est fondée sur le même principe que la pilule contraceptive féminine.

Pour la femme, “elle est constituée de l’association d’un progestatif (le norstéroïde) et de l’éthinylœstradiol, dérivé de l’hormone féminine naturelle (œstradiol).” Elle inhibe l’ovulation.

Pour l’homme, “on combine le progestatif à des dérivés de la testostérone. On inhibe ainsi la production de spermatozoïdes”.

Aujourd’hui, de nombreux médecins pensent que la contraception masculine hormonale en est encore au stade expérimental et ne peut être diffusée et prescrite. Pourtant, elle a déjà existé dans les années 80-90 sous forme de cachet oral de testostérone et a été retiré ensuite du marché en France. Elle est aujourd’hui prescrite (sous forme de pilule-gel) de manière confidentielle, faute d’essais cliniques à large échelle.

Sources : Le Figaro Santé, Contraceptionmasculine.fr

Quels sont les modes de contraception masculine actuels ?
Aujourd’hui, comme contraception masculine, on retrouve le préservatif masculin et deux autres contraceptions prescrites par seulement deux médecins dans l’hexagone et utilisées par moins de 300 hommes. Tout d’abord, les injections hebdomadaires de testostérone ; ensuite, le fameux “slip chauffant”.

Cependant, ces derniers rencontrent peu de succès. Plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, une forme d’habitude que ce soit la femme qui prenne cela en charge depuis des années. Également, de nombreux chercheurs en contraception masculine expliquent que ce domaine est considéré depuis toujours comme un “sous domaine” dans lequel on investit peu. Enfin, les industriels jugent qu’il n’y a pas vraiment de marché.

Sources : J’arrête la pilule de Sabrina Debusquat ; Contraceptionmasculine.fr

Pourquoi on en parle en ce moment ?
Une nouvelle pilule contraceptive masculine est en cours de test par une équipe de chercheurs aux Etats-Unis. La première phase des essais cliniques apportent des effets concluants : pas d’effets secondaires graves et un abaissement du taux d’hormones responsables de la production de spermatozoïdes. Pour autant, un essai plus long est nécessaire avant sa mise sur le marché… prévue dix ans après. L’occasion pour nous de poser la question des avantages et inconvénients de son développement. Faut-il en passer par là pour une égalité de fait entre les hommes et les femmes ? Découvrez nos tribunes !

Numéro 2

Se positionner

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Quelle est votre opinion avant de lire l'article ?
LE « POUR »

Une égalité de fait entre les hommes et les femmes

Billet rédigé par :

Sabrina Debusquat

Journaliste et autrice de "Marre de souffrir pour ma contraception" chez Les liens qui libèrent

Je suis pour la pilule masculine parce qu’elle permettrait une égalité de fait entre les hommes et les femmes. En effet, aujourd’hui ce sont les femmes qui doivent médicaliser leur corps pour assumer la charge contraceptive. Elles subissent les effets secondaires des hormones et stérilets et paient cela financièrement et physiquement. Une pilule masculine permettrait à ceux que cela intéresse de dire : “Chéri, j’ai pris la pilule 10 ans, maintenant, à ton tour !”

Un progrès nécessaire et souhaitable

La pilule contraceptive masculine reste un progrès nécessaire et souhaitable mais pas une révolution. On sait aujourd’hui qu’il vaut mieux éviter d’exposer un corps en bonne santé à des hormones de synthèse. Les hormones de synthèse qui se trouvent dans les contraceptions sont à proprement parler des perturbateurs endocriniens qui ont un effet génotoxique, c’est-à-dire qu’elles modifient notre ADN. Ces mutations se transmettent sur plusieurs générations, ce qui pose d’immenses questions sur l’impact à long terme.

Ainsi, s’il est souhaitable que les femmes ne soient plus les seules à subir des baisses de libido, troubles de l’humeur ou migraines à cause de leur pilule, la vraie révolution serait que plus personne ne souffre ou n’ait à prendre un médicament pour sa contraception. Je le rappelle, chaque année en France plus de 3 120 femmes finiraient à l’hôpital et plus de 83 décèderaient à cause de leur contraception hormonale. Il serait temps que notre société se dirige, pour les hommes comme pour les femmes, vers des dispositifs plus satisfaisants et donc non médicalisés.

La vraie révolution : sortir de la logique du “tout chimique”

Il faudrait sortir de cette logique du “tout chimique” qui fait contre le corps et non avec. La contraception hormonale est le fruit d’une époque, celle qui a vu naître les pesticides et autres perturbateurs endocriniens qui en à peine 60 ans ont bousillés notre environnement et notre santé. Alors, de même que nous repensons actuellement l’agriculture vers des process plus respectueux des écosystèmes, soyons respectueux des écosystèmes que sont nos corps. La voilà la vrai révolution.

Un passage obligé…mais pour une meilleure contraception

Enfin, la pilule contraceptive masculine pourrait avoir un effet secondaire positif inattendu qui pourrait nous mener plus rapidement vers des contraceptions sans souffrances pour tous. En effet,  quand les hommes vont se mettre à subir également les effets secondaires de la pilule, ils risquent de se tourner vers leur compagne pour leur dire : “Mais vous supportez tous ces effets sans rien dire depuis 60 ans ? !” Et peut-être qu’alors, enfin, nous pourrions avancer vers un monde où plus personne n’aurait à souffrir pour sa contraception. Je trouverais dommage qu’il faille que les hommes souffrent également de la contraception pour que nos sociétés se mettent à développer des contraceptions sans aucuns effets secondaires mais je crois malheureusement qu’il va falloir en passer par là… Alors allons-y, le plus vite possible sera le mieux !

LE « CONTRE »

Une fausse solution causant déjà de vrais problèmes

Billet rédigé par :

Edouard Lefer

Maître en Sociologie, militant dans les thématiques environnementales et sociales

Dérèglement hormonal, acné, règles plus douloureuses, baisse de la fécondité, prise de poids, maux de tête… Avec tous les effets négatifs de la pilule contraceptive il est légitime de vouloir partager ce lourd fardeau. Oui mais…

Une victoire féministe

Rappelons que la pilule hormonale est d’abord le fruit d’un combat féministe. Avant la transition démographique, la contraception était une histoire d’hommes (1), les techniques pour prévenir une grossesse se transmettaient de père en fils. Cependant une fois la grossesse avérée, les conséquences physiques et sociales portaient sur la femme – ce qui est encore le cas aujourd’hui. Ce sont des revendications féministes – avec un appui financier de femmes – qui ont fait naître les premières pilules hormonales. La pilule est donc une prise de pouvoir des femmes sur leur fertilité, elles n’ont plus besoin d’être soumises aux comportements des hommes pour des conséquences qui ont trait à leur être. L’élaboration d’une pilule masculine remettrait en cause le primat des femmes sur leur corps en partageant ce qui les protège d’une grossesse non désirée.

Une approche masculine différente

Les hommes sont détenteurs de la plupart des richesses, vu l’exemple de la création de la pilule féminine, si “les hommes” l’avaient voulue, ils l’auraient déjà. En revanche, il est important qu’ils s’emparent du sujet de la contraception dans le couple. Vis-à-vis de la pilule, un homme peut : en partager le coût monétaire, en faire un sujet de conversation occasionnel, faire un partage des “rappels” pour sa prise, tout cela afin d’en alléger la charge mentale pour la femme. Enfin, élargissons notre point de vue sur les options : nous pouvons aussi imaginer des périodes où le couple ré-utilise le préservatif, mais aussi des périodes durant lesquelles la pénétration n’est plus le centre de la sexualité.

Des risques sanitaires

Des décennies d’amélioration de la pilule hormonale féminine n’ont pas abouti pour autant à  un produit inoffensif pour celles qui la prennent. De plus en plus d’analyses relèvent aussi une transformation de la faune aquatique mettant en cause les hormones contenues dans les pilules contraceptives. D’une manière générale la recherche devrait progresser vers des techniques non-chimiques, et pour les hommes en particulier : pourquoi vouloir doubler les problèmes sanitaires ?

Conclusion

Si certain-e-s féministes revendiquent : “no uterus, no opinion” (2), d’autres aimeraient que les hommes ne soient pas étrangers aux questions de fertilité. Une plus grande prise de conscience et participation des hommes à la contraception permettrait de ne pas faire de la fertilité et ce qui en découle – les enfants – une question uniquement féminine. C’est aussi une bataille que mènent certain-e-s masculinistes (3). L’arrivée d’une pilule hormonale masculine ne conduirait pas automatiquement à ce partage qui s’obtient d’abord par un travail social plus que technique, mais doublerait fatalement les méfaits sanitaires déjà présents.

Références

1 – Cécile Ventola “Prescrire, proscrire, laisser choisir : Autonomie et droits des usagers des systèmes de santé en France et en Angleterre au prisme des contraceptions masculines” Thèse de doctorat en Santé publique – Sociologie, sous la direction de Nathalie Bajos et de Agnès Fine, École doctorale Santé Publique, Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations, Université Paris-Sud, 2017.

2 – “pas d’utérus, pas d’avis”

3 – J’entends ici “masculinisme positif”, un parallèle au féminisme. Il ne nie pas la domination masculine, ni l’intérêt passé présent et futur du féminisme pour les femmes ET les hommes. L’adjectif “positif” est malheureusement indispensable pour le différencier du “masculinisme négatif” qui lui est rétrograde, viriliste et se pose en contestation du féminisme. Le masculinisme positif entend se battre contre le sexisme qui pèse aussi sur les hommes.

Quelle est votre opinion maintenant ?
Le commentaire élu argument le plus pertinent par la communauté :
quote
Aucun argument n'est sélectionné pour le moment.
Ajoute ton argument ou vote pour le plus pertinent !


Pour aller plus loin

 

plus
Ajoutez un argument POUR
Ajoutez VOTRE argument
Ajoutez un argument CONTRE
plus

 

Si vous avez lu jusqu’ici

… c’est probablement que vous êtes sensibles au concept du Drenche, et à nos valeurs. En effet, nous souhaitons que tout le monde puisse se forger une opinion gratuitement pour que chacun ait les moyens de devenir un citoyen éclairé et indépendant.

Si cette mission vous touche, vous pouvez nous soutenir en vous abonnant.

Vous avez également sans douté remarqué qu’il n’y avait pas de publicité sur le site ; principalement parce qu’on trouve ça chiant d’avoir des pop-ups et des vidéos partout. Par conséquent, si vous souhaitez nous aider à garder ce site gratuit, vous pouvez nous soutenir via un don régulier !

Soyez le premier à commenter

image user Ajoutez un argument POUR Argument POURPOUR
Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !
Ajoutez un argument CONTRE Argument CONTRECONTREimage user
Connectez-vous pour utiliser cette fonctionnalité !